Actualisé 18.09.2014 à 13:56

Ukraine

L'Allemagne loue l'engagement de la Suisse

Le président allemand Joachim Gauck a salué jeudi l'engagement de Berne à la tête de l'Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (OSCE).

La Suisse s'efforce de trouver des solutions au conflit en Ukraine «dans une situation de crise extrêmement complexe», a déclaré Joachim Gauck.

M. Gauck s'exprimait lors d'une réunion informelle des chefs d'Etat des pays germanophones à Bad Doberan, en ex-RDA, en présence du président de la Confédération Didier Burkhalter. Il a aussi vivement critiqué l'annexion de la Crimée par la Russie, appelant la communauté internationale à agir.

«Il n'est pas possible que le droit international soit simplement violé et que tous ceux qui voient cela restent à regarder sans rien faire», a déclaré l'ancien pasteur luthérien, très engagé dans le mouvement de contestation à la fin de la dictature est-allemande.

Défis à relever

M. Burkhalter a de son côté souligné les défis à relever en Ukraine. «Il faut reprendre et encourager le dialogue national sur la décentralisation, assurer le contrôle des frontières, désarmer les milices et assurer la tenue des élections», a-t-il dit, cité par son porte-parole Jean-Marc Crevoisier.

Le chef du Département fédéral des affaires étrangères (DFAE) a estimé que la situation sur le terrain est fragile, la situation sécuritaire mauvaise et que l«on risque une crise humanitaire dans la région. Il a toutefois relevé quelques «bons signes», avec la décision de Kiev d«accorder un statut spécial aux régions de l«est ainsi que les échanges de prisonniers.

Approche pragmatique sur la libre-circulation

Cette réunion, organisée dans la région d'origine de M. Gauck, était centrée sur les questions de politiques migratoires, notamment en raison du vieillissement de la population. M. Burkhalter a plaidé pour une «approche pragmatique» de la discussion sur les modalités d«application de la libre-circulation des personnes.

Lors de ses interventions, le Neuchâtelois a rappelé la situation particulière de la Suisse, avec quelque deux millions d«étrangers sur une population totale de près de huit millions d«habitants. Un taux largement supérieur à ceux que connaissent les autres pays, Luxembourg excepté, a-t-il souligné.

Joachim Gauck a pour sa part appelé ses compatriotes à être plus ouverts, afin de freiner le vieillissement de la population. Il a reconnu que l'immigration apporte certains problèmes, mais elle amène «surtout des avantages», a-t-il dit, cité par l'agence de presse allemande dpa.

Visite aux archives de la Stasi

Les chefs d'Etat des pays partageant la langue allemande (Suisse, Allemagne, Autriche et Liechtenstein) se réunissent tous les ans depuis 2004. Cette année, ils ont invité pour la première fois les souverains de Belgique et du Luxembourg, deux pays où vivent d'importantes minorités germanophones.

Dans l'après-midi, les dirigeants devaient se rendre à Rostock pour y visiter les anciennes prisons de la Stasi, la police politique de RDA, et rencontrer des témoins de la révolution pacifique de 1989. (ats)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!