Turquie: L'Allemagne se retire de la base d'Incirlik
Actualisé

TurquieL'Allemagne se retire de la base d'Incirlik

Berlin fera désormais décoller ses appareils de reconnaissance Tornado depuis Azraq en Jordanie, près de la frontière syrienne.

Les Tornados allemands vont être redéployés en Jordanie après avoir quitté la base d'Incirlik en Turquie

Les Tornados allemands vont être redéployés en Jordanie après avoir quitté la base d'Incirlik en Turquie

Keystone

Le gouvernement allemand a décidé mercredi le retrait de ses troupes de la base d'Incirlik en Turquie et leur redéploiement en Jordanie en raison des tensions germano-turques croissantes, a indiqué l'agence allemande DPA.

Le conseil des ministres a approuvé le plan en ce sens de la ministre de la Défense Ursula von der Leyen, selon DPA, décidé après que la Turquie a interdit aux parlementaires allemands de se rendre sur cette base de l'Otan où quelque 260 soldats de la Bundeswehr sont déployés dans le cadre de la coalition internationale contre l'organisation djihadiste, Etat islamique (EI) en Syrie et en Irak.

En conséquence, l'Allemagne devra suspendre pendant deux mois les vols de ses appareils de reconnaissance Tornado basés à Incirlik, le temps qu'ils soient opérationnels à Azraq en Jordanie, près de la frontière syrienne.

Les missions de son avion de ravitaillement en vol seront elles interrompues pendant deux à trois semaines, relève DPA, citant des sources gouvernementales.

Tensions germano-turques

La décision du retrait allemand intervient après l'échec ce week-end d'une mission de conciliation en Turquie du ministre des Affaires étrangères Sigmar Gabriel.

Celui-ci voulait convaincre Ankara de laisser des parlementaires allemands visiter la base, ce à quoi le gouvernement turc s'oppose depuis le mois dernier.

Ankara a justifié son interdiction en accusant Berlin d'avoir accordé l'asile politique à des ressortissants turcs, dont des militaires, accusés par le président Recep Tayyip Erdogan d'être liés à la tentative de putsch de juillet.

Ce conflit n'est que le dernier d'une longue série empoisonnant les relations germano-turques depuis plus d'un an. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion