L'ambassadeur de Pologne blessé dans un attentat à Bagdad

Actualisé

L'ambassadeur de Pologne blessé dans un attentat à Bagdad

Bagdad (ats/afp) L'ambassadeur de Pologne en Irak a été blessé dans un attentat mercredi au coeur de Bagdad.

L'attaque a fait au moins trois tués, un membre de son escorte et deux civils irakiens, selon des sources concordantes.

Brûlé superficiellement et atteint par des éclats de verre, Edward Pietrzyk, 57 ans, a été évacué par un hélicoptère d'une compagnie privée de sécurité, qui a atterri à proximité du lieu de l'attentat, dans le centre de la capitale irakienne, selon des témoins.

La Pologne est un allié solide des Etats-Unis en Irak et y maintient un contingent de 900 soldats. Selon des sources au sein des services de sécurité, trois charges ont explosé au passage du convoi de l'ambassadeur, à l'intersection d'une petite rue menant à sa résidence et de l'avenue al-Arasat.

Les trois engins piégés, dissimulés sur le bas-côté de la route, ont explosé à quelques secondes d'intervalle, ont expliqué des habitants, soufflant les trois véhicules 4X4 blindés du convoi. Leurs épaves fortement endommagées et carbonisées étaient encore visibles quelques heures après, a constaté un journaliste de l'AFP.

Enlèvements

Mercredi toujours, treize personnes ont été kidnappées par des assaillants non identifiés sur une route du centre-nord de l'Irak, près de la ville de Baqouba, a-t-on appris de source policière locale.

Trois minibus venant de Baqouba (60 km au nord de Bagdad) sont tombés dans une embuscade tendue près de la localité d'al-Khalis, dans la province de Diyala, a indiqué un responsable de la police provinciale, le général Khadir al-Timimi. «Les assaillants ont kidnappé tous les passagers, avant de relâcher trois femmes et quatre enfants. Treize des passagers, tous des hommes, sont toujours portés disparus», a expliqué le général Timimi.

La province de Diyala, bastion des insurgés sunnites et de la branche irakienne du réseau Al-Qaïda, est l'une des plus dangereuses du pays. De nombreux insurgés y ont rejoint les forces gouvernementales et affrontent désormais les partisans de l'organisation islamiste. Des milices chiites sont également actives dans la province. (ats)

Ton opinion