Football - Challenge League: «L'ambiance est plus légère»
Actualisé

Football - Challenge League«L'ambiance est plus légère»

Même si son président ne le dira pas exactement comme cela, Lausanne-Sport vise la promotion en Super League au terme de l'exercice en cours.

Alain Joseph considère que son équipe a toutes les qualités requises pour terminer à la première place du championnat. A confirmer dès dimanche à Lugano lors de la 10e journée.

Pour l'heure, après un début de saison mitigé, le LS est quatrième à, déjà, six points du leader Wohlen. Beaucoup et peu à la foi. Un retard qui n'inquiète pas Alain Joseph. «Nous avons passé l'été à mettre en place un projet, celui d'une équipe jeune et compétitive, explique-t-il. Et nous avons réussi à transférer Hochstrasser et Malonga, deux arrivées qui font que l'on doit peut-être élever l'ambition de départ...»

Deux arrivées rendues possibles surtout grâce à l'aide de sponsors ou de groupes de soutien. «Des partenaires fidèles et importants ont maintenu leurs engagements au niveau Super League, nous devions donc changer quelque peu l'approche car il s'agit aussi de leur argent. Alors nous essayons d'aller un peu plus vite que ce que la raison voudrait peut-être. Nous le faisons toutefois avec plaisir et enthousiasme», assure Alain Joseph.

Les intentions lausannoises avant la reprise étaient claires: faire un bon championnat et terminer dans le top 3. Le fait de devoir «élever l'ambition de départ» ne peut alors signifier qu'une seule chose: retrouver l'élite un an après l'avoir quittée. Le président confirme. «Nous avons les atouts pour viser la première place, de par la qualité individuelle et collective du contingent mais aussi l'engagement du staff. Nous sommes une grosse équipe de Challenge League.»

La sérénité comme norme

Mais, selon Joseph, le LS accuse «un certain retard par rapport à Servette, Winterthour ou Wohlen», puisque «l'équipe est toute nouvelle, avec pratiquement aucun titulaire du deuxième tour de la saison passée sur le terrain actuellement».

Le président avoue tout de même apprécier cette saison en Challenge League qui, «d'un point de vue personnel et en partant du fait qu'il est certain que l'équipe va gagner beaucoup plus de matches que l'année dernière, va améliorer mon confort». Et de préciser: «L'ambiance est plus légère. La saison passée, comme j'ai endossé beaucoup de responsabilités, a été très lourde émotionnellement et psychologiquement. Mais cette sérénité doit en fait être la normalité. Même si le LS monte et qu'il connaît un exercice difficile, il faut maintenir ce climat de travail. C'est ce vers quoi j'essaie d'aller.»

Ianu: merci la chance

La réussite (enfin) de plusieurs transferts - notamment de Ianu et ses huit buts - peut en ce sens faciliter la vie du président. Lequel ne se départ pas de l'honnêteté intellectuelle qui le caractérise. «Dans le dossier Ianu, je n'ai aucun mérite en plus par rapport aux autres paris sur lesquels je m'étais planté! La démarche pour l'engager a été la même que, par exemple, Emil Lyng (ndlr: le Danois venu en 2011). Il a fait deux semaines de test avant de signer et la seule chose que nous avons remarquée est qu'il était toujours aussi adroit dans les seize mètres. Selon moi, c'est de la réussite, de la chance.»

Cela tombe bien parce que pour monter au terme d'un championnat à dix équipes avec un seul promu, il faut aussi, en plus du talent, une bonne dose de chance. (ats)

Ton opinion