France: L'Américaine Barrie Taylor rejugée en appel pour meurtre

Actualisé

FranceL'Américaine Barrie Taylor rejugée en appel pour meurtre

Près de seize ans après les faits, l'Américaine Barrie Taylor comparaît à partir de lundi en appel devant la cour d'assises des Hauts-de-Seine pour le meurtre à coups de marteau de l'épouse de son concubin à Versailles, son troisième procès dans cette affaire.

En fuite de 1998 à 2003, arrêtée en Californie puis extradée vers la France, Barrie Taylor avait été condamnée en avril 2008 à 18 ans de réclusion criminelle par la cour d'assises des Yvelines, verdict dont cette femme proche de la soixantaine a fait appel.

Pendant sa cavale, la justice française l'avait déjà condamnée en juin 2000 à 30 ans de réclusion, lors d'un procès en son absence, rendu «non avenu» par son arrestation.

Le 30 septembre 1993, les policiers de Versailles, alertés plusieurs fois par le fils de Roxane Pavageau, disparue deux jours plus tôt, surprenaient Barrie Taylor alors qu'elle creusait une fosse dans le jardin de la propriété où elle vivait avec l'époux de la victime.

Le corps de Mme Pavageau, une institutrice de 53 ans, était découvert étendu dans l'escalier menant du jardin au sous-sol, la tête enfoncée à une vingtaine d'endroits, enfermée dans deux sacs poubelle, mains et jambes liées avec du fil électrique.

Immédiatement considérée comme le suspect numéro un, Barrie Taylor avait d'abord invoqué la légitime défense, affirmant, sans convaincre les enquêteurs, qu'elle avait dû répondre à une violente agression de Roxane Pavageau.

Renvoyée en juillet 1998 devant les assises, elle avait profité d'une remise en liberté pour raisons médicales quelques mois plus tôt pour prendre la fuite aux Etats-Unis.

Arrêtée en Californie en novembre 2003, elle sera extradée vers la France quatre ans plus tard.

Ce n'est qu'au cours du procès en 2008 qu'elle était passée aux aveux, reconnaissant son «entière responsabilité» dans le drame tout en plaidant l'amnésie sur ses circonstances exactes.

Le verdict est attendu vendredi.

(afp)

Ton opinion