Genève: L'ami d'Adeline demande des comptes

Actualisé

GenèveL'ami d'Adeline demande des comptes

L'ancien avocat du compagnon de la sociothérapeute genevoise, assassinée en septembre dernier, va prendre les rênes de l'Hôpital cantonal, alors que l'institution est mise en cause dans ce drame. L'ami d'Adeline craint les conflits d'intérêts.

Me François Canonica.

Me François Canonica.

Cinq questions: c'est ce que contient la lettre envoyée au Conseil d'Etat et au futur président des Hôpitaux universitaires de Genève (HUG) par le compagnon d'Adeline M., sociothérapeute tuée par un détenu lors d'une sortie accompagnée, révèle la «Tribune de Genève». L'homme est sorti de son silence après l'annonce de la nomination de Me François Canonica à la tête du conseil d'administration des HUG, la semaine dernière. L'avocat assurait jusqu'alors sa défense, dans un dossier où l'institution hospitalière est justement pointée du doigt, en tant qu'autorité de tutelle de la Pâquerette, centre de réhabilitation où était détenu Fabrice A., le meurtrier.

La missive envoyée aux autorités vise à prévenir tout risque de conflit d'intérêts. «Le but, à ce stade, n'est pas de s'en prendre à Me Canonica, explique l'avocate du compagnon, Vesna Stanimirovic, dans les colonnes du quotidien. Mais de s'assurer que des mesures concrètes soient prises afin de concilier son secret professionnel envers l'ami d'Adeline et son obligation de haute surveillance en tant que président du conseil d'administration des HUG.» Me Canonica est notamment au courant de la stratégie établie par le plaignant à l'égard de l'hôpital.

Le principal intéressé n'a pas souhaité s'exprimer. Egalement sollicité, le conseiller d'Etat chargé de la Santé, Mauro Poggia, balaie les craintes émises. Il explique que le nouveau président des HUG ne traitera aucun aspect en lien avec l'«affaire Adeline».

(20 minutes)

Ton opinion