Actualisé 15.12.2015 à 07:52

JusticeL'ami du Genevois tué aux Philippines avoue

Parti refaire sa vie en Asie, un jeune de 22 ans avait été mortellement agressé en 2014. Un proche a reconnu avoir commandité le crime, annonce le Parquet genevois.

de
Thomas Piffaretti
1 / 6
«John Lennon», l'ami du Genevois tué aux Philippines, a avoué avoir commandité le meurtre.

«John Lennon», l'ami du Genevois tué aux Philippines, a avoué avoir commandité le meurtre.

DR
Parti refaire sa vie en Asie, Florian, un jeune homme de 22 ans, avait été mortellement agressé en 2014.

Parti refaire sa vie en Asie, Florian, un jeune homme de 22 ans, avait été mortellement agressé en 2014.

DR
Le corps du jeune homme de 22 ans avait été retrouvé dans ce champ, aux Philippines.

Le corps du jeune homme de 22 ans avait été retrouvé dans ce champ, aux Philippines.

DR

«Son meurtre ne restera pas impuni, il va enfin pouvoir partir en paix.» La mère de la meilleure amie de Florian est «bouleversée mais soulagée». Le Genevois de 22 ans avait été tué à l'arme blanche en octobre 2014 à Surigao City, aux Philippines. Hier, le Ministère public du bout du lac, qui avait ouvert une enquête après les faits, a annoncé qu'un homme de 21 ans, Genevois lui aussi, a avoué avoir commandité l'homicide.

Selon nos informations, l'individu placé en détention provisoire pour instigation à assassinat s'était fait connaître pendant l'enquête sous le pseudo de «John Lennon». Installé sur l'archipel en 2013, il projetait d'ouvrir un bar avec Florian. Il se trouvait d'ailleurs avec la victime le soir du meurtre. Il avait raconté qu'ils avaient été agressés par un groupe d'inconnus, puis avoir perdu de vue son ami. Mais au lieu d'avertir la police, il était allé manger dans un fast-food.

De retour en Suisse quelques jours après le drame, il avait toujours nié son implication dans ce crime. Après 14 mois d'enquête, il a fini par expliquer «avoir agi de la sorte car des menaces contre lui et sa famille avaient été proférées par la victime», relève le Parquet. Un différend financier aurait mis le feu aux poudres et les menaces étaient réciproques. «Sa tête est mise à prix», avait écrit «John Lennon» sur Facebook un mois avant le meurtre.

Manille avait renoncé aux poursuites

Le corps sans vie de Florian, poignardé au thorax, a été retrouvé dans un champ, non loin de l'hôtel où il séjournait. Si les soupçons se sont rapidement portés sur «John Lennon», la justice asiatique avait renoncé à le poursuivre, faute de preuves, annonçait «Le Matin Dimanche» en avril dernier.

Le Parquet genevois a persévéré. Deux inspecteurs de la brigade criminelle ont notamment fait le voyage de Surigao City. Finalement, jeudi dernier, une perquisition a été ordonnée au domicile du suspect. C'est là qu'il a été interpellé. Contacté, son avocat se refuse à tout commentaire, l'instruction étant en cours.

Arrivé deux mois avant d'être assassiné

Florian a rejoint l'archipel du Pacifique en août 2014. Il projetait d'y refaire sa vie, raconte la mère de sa meilleure amie. C'est d'ailleurs son fils qui l'a mis en contact avec «John Lennon». Ce dernier était arrivé un an plus tôt aux Philippines. Il y avait rencontré la femme avec qui il a eu un enfant peu avant le meurtre.

Avec Florian, il comptait mettre à profit son expérience dans l'hôtellerie et ouvrir un bar sur une île paradisiaque. Mais les relations entre les deux Genevois se sont rapidement tendues. «Les histoires vont se régler ici dans pas longtemps», avait-il écrit.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!