Affaire UBS: L'ancien cadre Raoul Weil «est une innocente victime»
Actualisé

Affaire UBSL'ancien cadre Raoul Weil «est une innocente victime»

L'ex-directeur de la gestion de fortune à l'UBS, Raoul Weil, accusé d'aide à l'évasion fiscale, doit être libéré de toute poursuite aux Etats-Unis, estime son avocat.

Selon lui, c'est la conséquence logique de l'accord signé mercredi entre la Suisse et les USA.

Raoul Weil, anciennement chef de l'unité UBS Global Wealth Management & Business Banking, «est une innocente victime d'une dispute politique entre la Suisse et les Etats-Unis concernant la confidentialité des données de clients au sens de la loi suisse», écrit son avocat Aaron R. Marcu dans un communiqué publié mercredi soir.

Il rappelle qu'une enquête de la FINMA, l'autorité suisse de surveillance des marchés, a montré en début d'année que M. Weil n'avait ni participé ni été au courant des agissements secrets qui tombaient sous le coup de la loi américaine. Raoul Weil était considéré comme le no3 de l'UBS.

M. Weil, 49 ans, est accusé, avec d'autres banquiers non identifiés, d'avoir aidé quelque 20 000 Américains fortunés à dissimuler environ 20 milliards de dollars au fisc américain.

Suite à la publication de l'acte d'accusation en novembre 2008, il avait décidé de renoncer temporairement aux fonctions qu'il occupait depuis 2007. La banque suisse s'est séparée de lui en avril dernier.

L'ancien haut cadre de la banque se soustrait à la justice et est déclaré fugitif. Selon des sources proches du dossier, il se trouverait actuellement en Suisse.

(ats)

Ton opinion