Accusation de pédophilie: L'ancien dirlo se suicide: «Il ne sera jamais jugé»
Actualisé

Accusation de pédophilieL'ancien dirlo se suicide: «Il ne sera jamais jugé»

L'ancien directeur de l'école de Villefontaine (Isère), mis en examen et écroué pour viols sur des élèves, s'est pendu dans sa cellule dans la nuit de lundi à mardi.

Le quadragénaire était directeur de cet établissement.

Le quadragénaire était directeur de cet établissement.

photo: Kein Anbieter

Le directeur d'école de Villefontaine (Isère), mis en examen et écroué il y a un an pour des viols sur des élèves, s'est suicidé en prison, a-t-on appris mardi de sources proches de l'enquête, confirmant une information du «Dauphiné libéré».

Romain F., 46 ans, était incarcéré à la prison de Lyon-Corbas et s'est pendu, selon une de ces sources. La justice avait dénombré une soixantaine de victimes potentielles de l'enseignant dans les différents établissements où il a exercé. Le Parquet de Lyon a ouvert une enquête pour rechercher les causes de la mort.

Une enquête a été «immédiatement ouverte» pour établir les circonstances exactes du décès, a annoncé le ministre de la Justice, Jean-Jacques Urvoas. Après une tentative de suicide voici quelques mois, sa surveillance était «spécifique», selon une source au sein de la prison, qui ne possède pas de quartier de haute sécurité. «Il ne sera jamais jugé, nos enfants ne seront jamais reconnus comme des victimes ! Je vais intenter une action au tribunal contre (l'administration) pénitentiaire !», s'est indigné le père d'une victime, Sébastien, sur la radio RTL.

Une soixantaine de victime de ses «ateliers du goût»

La justice avait dénombré une soixantaine de victimes potentielles de l'enseignant dans les différents établissements où il a exercé. Il était notamment soupçonné d'avoir imposé «par surprise» des fellations à plusieurs de ses élèves dans le cadre de ce qu'il appelait «un atelier du goût», durant lequel les enfants, les yeux bandés, devaient identifier des «choses» que l'enseignant leur faisait goûter. Des supports informatiques, retrouvés chez lui, ont montré qu'il avait filmé ses actes.

En juin 2008, Romain F. avait pourtant été condamné à six mois de prison avec sursis avec obligation de soins pendant deux ans pour avoir téléchargé des images pédopornographiques. Mais cette condamnation n'avait pas été assortie d'une interdiction d'entrer en contact avec des enfants, ni signalée à son administration, alors même qu'elle figurait à son casier judiciaire.

Face au retentissant scandale provoqué par cette affaire, les ministères de l'Éducation et de la Justice ont depuis pris des mesures destinées à améliorer la communication de telles informations entre leurs services. Un projet de loi dit «Villefontaine», du nom de la ville où Romain F. était directeur d'école, doit être adopté au Parlement cette semaine. Ce texte vise notamment à empêcher qu'une personne condamnée pour pédophilie puisse se retrouver face à des élèves. (20 minutes/afp)

Ton opinion