Actualisé 15.05.2015 à 09:38

Ukraine

L'ancien GI ne dispensera pas ses conseils à Kiev

Le sénateur américain John McCain, dont la nomination à un poste de conseiller avait été annoncée par la présidence ukrainienne, a déclaré vendredi avoir décliné cette invitation.

1 / 901
14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

14.04 Les autorités de la péninsule de Crimée annexée en mars 2014 par la Russie ont interdit mercredi l'assemblée des Tatars de Crimée, le Medjlis.

Reuters
03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

03.03 Les civils vivant dans les républiques autoproclamées de Donetsk et Lougansk évoquent un «isolement physique, politique, social et économique», relève le Haut Commissaire aux droits de l'homme Zeid Raad Al Hussein dans son rapport publié ce jeudi à Genève.

Keystone
20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

20.02 Les Ukrainiens commémorent la répression du Maïdan, survenue il y a deux ans.

epa/Roman Pilipey

Dans un décret publié cette semaine, le président ukrainien Petro Porochenko avait nommé les membres d'un conseil consultatif international chargé de superviser les réformes en Ukraine, ravagée par plus d'un an de conflit armé dans l'Est séparatiste.

Sénateur depuis 1987, vétéran de la guerre du Vietnam et ancien candidat républicain à la Maison Blanche, John McCain, qui milite activement dans son pays pour livrer des armes létales à l'Ukraine, figurait parmi les membres de ce conseil en compagnie notamment de l'ex-chef de la diplomatie suédoise, Carl Bildt, et de l'ancien président pro-occidental de la Géorgie Mikheïl Saakachvili.

John McCain s'était d'abord dit honoré mais avait ajouté qu'il devait vérifier si son statut de sénateur lui permettait de siéger au sein d'un tel conseil. Peu après, il a annoncé dans un communiqué être «obligé de décliner cette invitation», évoquant les «dispositions de la Constitution américaine concernant l'interaction des membres du Congrès avec des gouvernements étrangers». «Je vais continuer de faire tout ce que je peux pour arrêter l'agression continue de Vladimir Poutine» et «soutenir» les Ukrainiens sur la voie des réformes, a ajouté le sénateur républicain

L'armée ukrainienne combat depuis plus d'un an les séparatistes prorusses dans l'Est du pays, un conflit qui a fait plus de 6200 morts. Kiev et les Occidentaux accusent la Russie de soutenir militairement la rébellion, ce que Moscou dément. Une trêve, qui demeure fragile, a été conclue en février à Minsk grâce à la médiation franco-allemande, en présence du président russe Vladimir Poutine.

(afp)

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!