France: L'ancien Premier ministre Dominique de Villepin traduit en justice

Actualisé

FranceL'ancien Premier ministre Dominique de Villepin traduit en justice

L'ex-Premier ministre français Dominique de Villepin sera traduit en justice.

Les magistrats le soupçonnent d'avoir participé dans le cadre de l'affaire Clearstream à une machination visant à déstabiliser Nicolas Sarkozy.

Une ordonnance rédigée par les juges Jean-Marie d'Huy et Henri Pons, qui ont instruit le dossier pendant quatre ans, a été signée mardi soir. Elle prévoit le renvoi de M. de Villepin devant le tribunal correctionnel pour notamment "complicité de dénonciation calomnieuse", a-t-on précisé de sources proches du dossier.

L'ex-Premier ministre avait été inculpé le 27 juillet 2007 de "complicité de dénonciation calomnieuse, complicité d'usage de faux, recel de vol et recel d'abus de confiance".

La justice soupçonne M. de Villepin d'avoir participé à une machination visant à déstabiliser M. Sarkozy avec lequel il était en compétition dans la course à la présidentielle de 2007. Elle visait à l'accuser avec d'autres personnalités de détenir des comptes occultes à la chambre de compensation Clearstream.

Dans ce but, de faux listings bancaires avaient été adressés de manière anonyme à la justice entre mai et octobre 2004.

M. de Villepin a réagi mardi soir en considérant que "rien ne justifie" qu'il soit déféré en justice, dans un communiqué adressé à l'AFP. "Tout au long de l'instruction, la vérité des faits et du droit a été détournée au profit d'une seule partie civile qui est en même temps aujourd'hui président de la République", dénonce M. de Villepin.

"Je refuse toute instrumentalisation. Mon seul combat sera celui de la défense des principes pour la vérité et l'indépendance de la Justice", conclut-il.

L'ordonnance doit être adressée mercredi aux cinq personnes inculpées et à la trentaine de parties civiles dans cette affaire, dont l'actuel président Nicolas Sarkozy. MM. de Villepin et Sarkozy ont été ensemble au gouvernement, sous la présidence de Jacques Chirac.

(ats)

Ton opinion