Mondial 2010: L'Angleterre espère le réveil de «Wazza»
Actualisé

Mondial 2010L'Angleterre espère le réveil de «Wazza»

L'Angleterre s'est réveillée mercredi pour se qualifier, mais son attaquant Rooney est resté discret, attendant peut-être le choc contre les Allemands dimanche.

Wayne Rooney n'est pas jusqu'ici le sauveur attendu de l'Angleterre.

Wayne Rooney n'est pas jusqu'ici le sauveur attendu de l'Angleterre.

Toute l'Angleterre se pose des questions à propos de son attaquant vedette, Wayne Rooney, alias «Wazza». Les suppositions se succèdent dans les esprits des observateurs, sans pouvoir apporter de réponse définitive.

Est-il blessé?

Le sélectionneur Fabio Capello l'a fait sortir une vingtaine de minutes avant la fin du match. «Un problème de cheville», a déclaré l'Italien. Mais il a assuré que son joueur serait prêt dimanche. A l'entraînement jeudi à Rustenburg (nord), Rooney marchait normalement, mais il est apparu éprouvé physiquement.

De quoi renforcer les interrogations sur son état de forme réel. Meilleur joueur de la saison en Premier League, Rooney n'a plus marqué depuis le 30 mars, à la 2e minute du match de Manchester United contre le Bayern Munich. Blessé en fin de match lors d'un contact avec Mario Gomes, il a depuis accumulé les pépins physiques et n'a jamais retrouvé l'explosivité qui lui a permis d'inscrire 34 buts dans une saison qui fut, de son propre aveu, épuisante.

En sélection, son silence dure depuis neuf matches. Une série blanche inédite depuis l'automne 2006...

Contre les Slovènes, ce fut meilleur, avec un tir sur le poteau et deux passes magnifiques pour Steven Gerrard et Frank Lampard. Mais on était encore loin du meilleur Rooney.

Le poids du Mondial.

Rooney en est à sept matches de Coupe du monde sans but. Arrivé comme le sauveur en 2006 («The big man is back in town», «Le grand homme est de retour»), il avait incarné l'échec anglais avec son carton rouge récolté pour après avoir répondu à une provocation du Portugais Ricardo Carvalho.

Cette fois, les attentes sont encore plus grandes. Rooney est censé être «le Maradona ou le Pelé de l'Angleterre», celui qui apportera le sacre à lui tout seul. Une attente qui pèse peut-être sur les épaules d'un joueur de 24 ans, comme a pu le suggérer son agacement devant les huées après le non-match contre l'Algérie: «C'est très agréable de se faire huer par ses supporteurs. C'est ce que j'appelle un soutien loyal».

«Parfois, les attentes peuvent être inhibitrices», a mis en garde son entraîneur à Manchester United, Alex Ferguson. «Ce n'est pas le Rooney que je connais», avait reconnu Capello, évoquant après cette rencontre un «problème mental».

L'explosion?

Le sélectionneur allemand Joachim Löw assure la redouter: «Rooney est très discret jusqu'à présent, mais son niveau peut exploser à tout moment. Il va représenter un sacré défi pour notre défense.» Ses équipiers lui gardent leur confiance. «A n'importe quel moment, Wayne peut apporter quelque chose de magique», prévient le milieu Gareth Barry. «S'il y a des gens qui continuent de douter de lui, libre à eux... Mais je sais que les buts sont au prochain virage», renchérit le capitaine Steven Gerrard. Si tel devait être le cas, malheur aux défenses adverses: avant de se blesser, Rooney avait marqué 18 buts en autant de matches en 2010. (afp)

Ton opinion