Actualisé 17.12.2008 à 08:11

MétéoL'année 2008 plus froide que 2007

L'année écoulée a été plus froide, a affirmé mardi l'Organisation météorologique mondiale (OMM).

Elle se classe au dixième rang seulement des années les plus chaudes depuis 1950, selon les experts de l'agence de l'ONU.

La différence de température par rapport à la période 1961-1990 a été de & 0,31 degrés centigrades, a précisé l'OMM dans son rapport annuel. Ce réchauffement moins important s'explique par le phénomène de refroidissement La Nina, apparu à la fin de 2007 et qui a persisré jusqu'en mai dernier.

Le réchauffement persiste

«La tendance générale reste celle du réchauffement de la planète», a souligné le directeur général de l'OMM Michel Jarraud, lors d'une conférence de presse. «Il faut considérer le phénomène sur une longue période», a-t-il prévenu.

Les climatologues ne prévoient pas de nouveau phénomène La Nina l'an prochain et il ne devrait pas y avoir en 2009 d'impact prévisible comparable à celui provoqué cette année par le refroidissement généralisé des eaux de surface du Pacifique.

«Compte tenu des gaz à effet de serre déjà dans l'atmosphère, le réchauffement prévu pour la prochaine décennie par rapport à la décennie écoulée est en moyenne de l'ordre de & 0,2 degrés», a précisé Michel Jarraud.

Interrogé sur les fortes pluies et la neige abondante qui frappe actuellement une partie de l'Europe, le responsable de l'OMM a indiqué que La Nina a un impact planétaire, par exemple en provoquant davantage de typhons, mais que ses effets en Europe sont moins systématiques.

«Les phénomènes extrêmes actuels en Europe résultent d'interactions complexes et font partie de la variabilité habituelle du climat», a affirmé Michel Jarraud.

Fonte préoccupante

Le directeur général de l'OMM a qualifié de préoccupante la poursuite de la fonte des glaces de la banquise. Elle confirme le réchauffement climatique, selon M. Jarraud.

L'étendue de la banquise en 2008 a été légèrement supérieure à celle de 2007, soit 4,6 millions de km2 de glaces à la fin de l'été contre 4,3 millions de km2 un an auparavant, valeur la plus basse jamais constatée. Par contre, l'épaisseur de la glace a continué à s'amincir.

Pour la première fois, des bateaux ont pu joindre l'Atlantique au Pacifique par le nord de la Sibérie et le nord du Canada, a rappelé le responsable de l'OMM.

Des extrêmes climatiques ont été observés partout dans le monde cette année, ajoute l'agence de l'ONU. La saison des ouragans a été particulièrement dévastatrice, avec huit ouragans dont cinq majeurs au-dessus de l'Atlantique.

Le trou dans la couche d'ozone a atteint une superficie maximale de 27 millions de km2 le 12 septembre, contre plus de 29 millions en 2006, l'année record, et 25 millions en 2007.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!