Actualisé 24.01.2011 à 11:46

Catastrophes naturellesL'année 2010 fut l'une des plus meurtrières

L'année 2010 a été l'une des plus meurtrières de ces deux dernières décennies, a affirmé lundi l'ONU.

Le nombre plus élevé de victimes que la moyenne résulte du séisme du 12 janvier en Haïti.

Le nombre plus élevé de victimes que la moyenne résulte du séisme du 12 janvier en Haïti.

Au total 373 catastrophes naturelles ont fait l'an dernier 296'800 morts ainsi que 208 millions de sinistrés, dont 178 millions lors d'inondations.

Le nombre plus élevé de victimes que la moyenne résulte du séisme du 12 janvier en Haïti. A lui seul il a fait 222'570 morts. La vague de chaleur en Russie a été, en outre, à l'origine de 55'736 morts, selon le Centre de recherches sur l'épidémiologie des catastrophes (CRED) qui publie à Genève ces données pour l'ONU.

Les tremblements de terre on tué 2968 personnes en Chine en avril et 530 en Indonésie en octobre. Près de 2000 Pakistanais ont trouvé la mort lors des inondations du mois d'août et quelque 3300 Chinois ont péri dans des glissements de terrain et inondations.

Pertes économiques

Les pertes économiques ont atteint l'an dernier 110 milliards de dollars, selon le CRED, un montant inférieur à l'année 2005 (139 milliards, notamment en raison des ouragans Katrina, Rita et Wilma) et à l'année 2008 (200 milliards, dont 86 milliards à cause du séisme du Sichuan, en Chine).

Le séisme au Chili a été la catastrophe la plus coûteuse, avec 30 milliards de dommages. Le coût des inondations est estimé à 18 milliards en Chine et 9,5 milliards au Pakistan. La facture du séisme en Haïti est évaluée à huit milliards de dollars.

Davantage d'inondations

Le nombre de catastrophes naturelles enregistré en 2010 est légèrement inférieur à la moyenne de la décennie 2000-2009: 373 contre 387, mais il y a eu davantage d'inondations, soit 182 l'an dernier contre en moyenne 173.

Les inondations ont provoqué le plus grand nombre de sinistrés en 2010, soit 178 millions, contre une moyenne de 94 millions au cours de la décennie. Cette tendance s'est confirmée au début de cette année, avec les inondations et glissements de terrain en Australie, Brésil, Sri Lanka notamment.

«Ces chiffres sont affligeants. Tous les pays sont touchés, les riches comme les pauvres», a commenté la représentante spéciale du secrétaire général de l'ONU pour la prévention des risques de catastrophe Margareta Wahlström.

«Si nous n'agissons pas, nous subirons de plus en plus de catastrophes causées par l'urbanisation non planifiée et la dégradation de l'environnement», a averti la responsable. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!