Interview: «L'antenne ne va pas me manquer»

Actualisé

Interview«L'antenne ne va pas me manquer»

Massimo Lorenzi vient d'être nommé rédacteur en chef des Sports de la TSR.

– 20minutes.ch. Massimo Lorenzi, qu'est-ce qui vous a motivé à postuler?

– Massimo Lorenzi. Cela me paraît être un défi intéressant. Je crois aussi que le paysage télévisuel bouge, que le traitement des sports évolue et qu'il y a des choses à faire, même si l'on est une petite télé. J'aime le sport, et ça va être passionnant!

– Comment allez-vous diriger ce département?

– Je n'ai pas de vision toute faite ni de recette magique. Je crois simplement qu'aujourd'hui, quand on parle de sport à la télé, on est obligé d'intégrer deux choses: il y a une concurrence grandissante, et on doit s'interroger sur la manière dont on raconte le sport. Il faut dépasser le résumé sportif et apporter une valeur ajoutée. Il est là, le vrai défi!

– Quand vous parlez de concurrence, vous pensez aux autres médias, comme la radio et internet?

– La concurrence est partout. Il y a quinze ans, il y avait une dizaine de chaînes, et aujourd'hui il y en a près de huitante. Sans parler d'internet et des gratuits!

– Du coup, on ne vous verra plus à l'antenne...

– Par la force des choses. Mais ce n'est pas très important. Vous savez, ça fait dix-neuf ans que je fais de l'antenne, donc ça ne va pas me manquer. Quant à «Infrarouge», j'en resterai le coproducteur jusqu'au mois de décembre, et dès 2009, je me consacrerai entièrement à ma nouvelle fonction, que j'intégrerai au printemps.

Caroline Goldschmid

Ton opinion