Neuchâtel: L'apôtre des attentats suicides s'excuse
Actualisé

NeuchâtelL'apôtre des attentats suicides s'excuse

Le réfugié politique dont un poème en arabe célébrait les ceintures explosives ne voulait pas choquer. Il s'explique dans une lettre.

par
Raphaël Pomey
Le poète explosif lors de son passage à la TSR.

Le poète explosif lors de son passage à la TSR.

«Sellez les chevaux, et préparez ce que vous pouvez de matériel, de convictions, puis n'oubliez pas, n'oubliez pas, n'oubliez pas les ceintures sacrées, les ceintures des respectables, la ceinture explosive pour les gens qui trahissent.» Depuis que «24 heures» les a révélés la dernière semaine de décembre 2010, ces mots écrit en septembre dernier sur le Net ont mis le Tunisien Larbi Guesmi dans une situation difficile.

Un cris contre l'opression

Réfugié politique en Suisse depuis près de 20 ans, leur auteur a voulu s'expliquer dans une lettre envoyée jeudi aux médias. Dans sa missive, ce fervent croyant explique que ses propos ont été écrits après avoir consulté une vidéo montrant un lieu de prière, en Tunisie, dans un état de délabrement intolérable, Coran par terre, ordures étalées... Son texte aurait donc été un cris de désespoir contre «l'oppression du régime tunisien» contre son peuple.

Affirmant user des traditions et des règles littéraires de la poésie arabe, le Neuchatelois précise qu'un sens figuré pouvait être décelé dans ses écrits, mais uniquement par «un lecteur arabophone bien intentionné.» Il reconnait toutefois une erreur de choix de mots et d'images.

Une subtile poésie?

Derrière l'apologie des attentats suicides, une subtile poésie réservée à l'élite des arabophones? Du côté de l'Association Culturelle des Musulmans de Neuchâtel, on ne commente pas l'hypothèse explicative. Mansour Ben Yahya, directeur, explique: «Je ne connais pas du tout ce domaine littéraire.» Après avoir clairement condamné les propos de Larbi Guesmi, il espère désormais que cette histoire sera peu à peu oubliée. «Il a toujours la possibilité de venir aux prières comme n'importe qui, mais je précise qu'il n'a aucune responsabilité chez nous.»

«Un double discour»

L'UDC valaisan Grégory Logean, qui avait exigé de la Confédération qu'elle expulse le Tunisien dans sa patrie d'origine, se montre plus radical: «Les récents 52 morts d'une Eglise de Bagdad apprécieront sa poésie!» Les explications de Larbi Guesmi seraient frappées d'un double discours qui les rendraient hypocrites, estime le jeune agrarien. «Nos opposants hurlent au loup dès que nous forçons le trait sur les criminels étrangers, mais là, on laisse faire ce personnage qui n'est rien d'autre qu'un terroriste.»

Ton opinion