31.03.2020 à 20:27

Vidéoconférence

L'app Houseparty promet un million de dollars

Le service de vidéoconférence offrira une prime exceptionnelle à qui prouvera que la firme est victime d'«une campagne de dénigrement commercial».

de
man
L'app Houseparty permet des sessions de vidéoconférence incluant jusqu'à huit participants. (dr)

L'app Houseparty permet des sessions de vidéoconférence incluant jusqu'à huit participants. (dr)

L'app Houseparty, qui comme d'autres services de vidéoconférence enregistre ces derniers jours une augmentation de ses utilisateurs en raison de la crise du coronavirus, a sorti les grands moyens pour que sa réputation ne soit pas entachée. La firme a promis une prime d'un million de dollars à la première personne qui prouvera que le service de vidéoconférence est la cible de ce qu'il appelle «une campagne de diffamation commerciale payante».

Des tabloïds britanniques ont rapporté les propos d'utilisateurs ayant installé l'app sur leurs smartphones qui ont affirmé avoir vu leurs comptes Netflix, Snapchat, Instagram, Spotify, PayPal ou encore eBay piratés. Pour tenter de mettre fin à ce que Houseparty considère de fausses rumeurs, la plateforme a rapidement réagi sur Twitter:

«Tous les comptes Houseparty sont sans danger - le service est sécurisé, n'a jamais été compromis et ne collecte pas les mots de passe d'autres sites», a assuré le service de vidéoconférence sur la plateforme de microblogging lundi, avant de publier un nouveau message, le premier n'ayant pas réussi à faire désenfler les rumeurs de piratage. Le second annonçait la promesse de la prime exceptionnelle:

«Nous enquêtons sur une piste selon laquelle les récentes rumeurs de hacking feraient partie d'une campagne de dénigrement commercial, payée par un tiers afin de causer du dommage à Houseparty. Nous offrons une prime de 1'000'000 de dollars au premier individu qui présentera les preuves d'une telle campagne à bounty@houseparty.com»

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!