Actualisé 09.12.2011 à 06:15

Affaire DSK

L'appel du Sofitel à la police diffusé sur YouTube

Le journaliste américain Edward Epstein, à l'origine d'un article sur l'affaire DSK parlant de complot contre l'ancien chef du FMI, a diffusé l'alerte du Sofitel à la police via youtube.

Edward Epstein, le journaliste américain qui a relancé les interrogations sur l'affaire DSK à New York a diffusé jeudi, intégralement, sur YouTube, l'enregistrement du coup de téléphone que la sécurité de l'hôtel Sofitel a passé à la police pour leur signaler les faits.

Après la diffusion jeudi de vidéos inédites des caméras de surveillance du Sofitel sur la chaîne de télévision française BFMTV, le journaliste américain a diffusé sur son site personnel et sur le site de partage de vidéos YouTube trois vidéos, dont l'enregistrement du coup de téléphone à la police.

Cet appel a été passé le 14 mai dernier, peu après l'agression présumée de la femme de chambre de l'hôtel, Nafissatou Diallo.

L'enregistrement dure 4 minutes 27. On y entend Adrian Branch, un agent de sécurité de l'hôtel, expliquer à une femme du 911, le service d'urgence américain, qu'une femme de chambre de l'hôtel a été «agressée sexuellement».

«Je veux vous rapporter une agression sexuelle», dit l'agent de sécurité à la femme. «C'est l'une de nos femmes de chambre, elle a été agressée par un de nos clients (...) il y a 30 ou 40 minutes», ajoute l'agent.

Le nom de DSK n'est pas évoqué

La femme lui demande: «Est-ce que vous savez qui est ce client?». L'agent répond: «Oui. Je n'ai pas forcément la liberté de vous le dire». La femme lui dit alors: «Vous direz ça à la police».

Le nom de Dominique Strauss-Kahn n'est ainsi pas évoqué au cours de cette conversation. L'agent parle toujours du «client». «Le client a réglé sa note (et quitté l'hôtel) juste après l'agression», dit-il ainsi.

Pendant l'échange, la femme du 911 demande à plusieurs reprises à l'agent de sécurité si la victime a besoin d'être prise en charge médicalement mais Adrian Branch lui répond: «Elle n'est pas gravement blessée».

Edward Epstein avait pointé fin novembre certaines zones d'ombre dans les investigations sur l'affaire du Sofitel dans une enquête diffusée aux Etats-Unis dans laquelle il était notamment le premier à évoquer une «danse de joie» entre des employés du Sofitel. Mais il s'était contredit sur plusieurs points.

L'appel au Sofitel à la police

L'intégralité de la vidéo de la sortie de l'hôtel

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!