Ligue des Champions: «L'arbitre a décidé de l'issue du match»
Actualisé

Ligue des Champions«L'arbitre a décidé de l'issue du match»

Les Catalans ont gagné 2 à 0 contre les Citizens. Une faute de dernier recours de Demichelis, expulsé, et suivie d'un penalty transformé par Messi, a été le tournant du match.

Un penalty de Messi et une réussite d'Alves ont permis à Barcelone de s'imposer 2-0 sur la pelouse de Manchester City en 8es de finale aller de la Ligue des champions. Les Catalans ont ainsi pris une option sur la qualification au terme d'une partie qui n'a pas tenu ses promesses.

Le numéro 10 du Barça a obtenu et transformé le penalty qui a constitué le tournant du match. Fautif sur l'action, à la limite de la surface, le défenseur Demichelis était expulsé. A dix, Manchester City n'avait pas les moyens de répliquer, ni de passer en mode offensif après s'être longtemps contenté de contenir et d'attendre son adversaire. Les Anglais encaissaient un deuxième but signé Alves à la 90e.

Entre la meilleure attaque de Premier League et son homologue de la Liga, l'espoir d'assister à un affrontement débridé et spectaculaire semblait a priori justifié. Mais du papier à la réalité du terrain, il y a parfois de sacrées différences, comme on allait le constater.

Tactique défensive

Manuel Pellegrini avait disposé son équipe de manière défensive en 4-4-1-1, avec Silva en soutien du seul attaquant de pointe, Negredo. Pour sa part, Gerardo «Tata» Martinio était resté fidèle au 4-3-3 «historique» du Barça, pour qui Neymar et Pedro devaient se contenter d'une place sur le banc.

D'emblée, les Catalans ont comme à leur habitude confisqué un ballon qu'ils ont longtemps fait tourner, mais sans parvenir à déséquilibrer le bloc défensif mancunien, très bien en place. Le manager chilien de City avait bien préparé son affaire, renforçant notamment ses côtés.

Les Citizens se sont un peu enhardis après la 20e, mais de manière sporadique. Negredo a fait passer quelques moments difficiles à la charnière centrale du Barça, pas très à l'aise face au puissant attaquant espagnol. Barcelone, inefficace dans ses attaques placées, obtenait sa seule action dangereuse sur une frappe de Xavi prise de 25 mètres, mais Hart s'interposait (32e).

Demichelis expulsé

La partie prenait un tournant décisif peu après la reprise, quand Messi, lancé par Iniesta, pouvait partir seul en contre et était déséquilibré par Demichelis à la limite de la surface. Le défenseur argentin, en position de dernier défenseur, était expulsé, et Messi transformait le penalty (54e), signant son 66e but en Ligue des champions.

En supériorité numérique, les Catalans tentaient d'enfoncer le clou. Messi puis Iniesta étaient contrés au dernier moment (56e) juste avant que Manuel Pellegrini ne remodèle son dispositif tactique, Kolarov et Navas cédant leur poste à Lescott et Nasri. Xavi (67e) et Alves (68e) passaient tout près du numéro deux, mais ne cadraient pas alors qu'ils étaient bien placés. En face, Valdes sauvait sur une belle volée de Silva (77e) avant qu'Alves n'assomme les Mancuniens (90e).

Barcelone a donc pris une option sans doute déterminante sur une place en quarts de finale. Son adversaire n'aura pas le choix au Camp Nou: il faudra prendre des risques et attaquer...

Manchester City - Barcelone 0-2 (0-0) Etihad Stadium.

47'000 spectateurs. Arbitre Eriksson (Su). Buts: 54e Messi (penalty) 0-1. 90e Alves 0-2

Manchester City: Hart; Zabaleta, Kompany, Demichelis, Clichy; Navas (57e Nasri), Fernandinho, Touré, Kolarov (57e Lescott); Silva; Negredo (74e Dzeko).

Barcelone: Valdes; Alves, Piqué, Mascherano, Jordi Alba; Xavi, Busquets, Fabregas (86e Sergi Roberto); Alexis Sanchez (74e Neymar), Messi, Iniesta.

Notes: Manchester City sans Agüero et Nastasic (blessés). 53e, expulsion de Demichelis (faute de dernier recours). Avertissements: 23e Alves. 28e Negredo. 37e Kolarov. 76e Mascherano. (ats)

Meilleurs buteurs

Avec un doublé contre le Bayer Leverkusen, la star du Paris SG Zlatan Ibrahimovic (10 buts) est passé devant le Portugais Cristiano Ronaldo (9 buts) qui jouera la semaine prochaine avec le Real Madrid, en tête du classement des buteurs de la Ligue des champions de football.

Messi, auteur d'un penalty contre Manchester City, est 3e du classement avec 7 réalisations.

10 buts: Ibrahimovic (Paris SG)

9 buts: Cristiano Ronaldo (Real Madrid)

7 buts: Messi (FC Barcelone)

6 buts: Agüero (Manchester City)

5 buts: Negredo (Manchester City), Vidal (Juventus)

4 buts: Cavani (Paris SG), Diego Costa (Atletico Madrid), Higuain (Naples), Lewandowski (Dortmund)

City-Barça: «l'arbitre a décidé de l'issue du match», estime Pellegrini

L'entraîneur de Manchester City Manuel Pellegrini a accusé l'arbitre suédois Jonas Eriksson d'avoir «décidé de l'issue» du 8e de finale de la Ligue des champions perdu par son équipe contre Barcelone (0-2) mardi, en sifflant un penalty selon lui injustifié. «L'arbitre a décidé de l'issue du match et je le lui ai dit. Avant ce penalty, il y a eu une faute sur Navas et il était à trois mètres du joueur. En plus, la faute (qui entraîne le penalty) est à l'extérieur de la surface», a déclaré le Chilien. M. Eriksson a accordé un pénalty à Barcelone au début de la seconde période pour une faute de l'Argentin Martin Demichelis, qui allait être exclu pour ce geste, sur son compatriote Lionel Messi. Ce dernier en a profité pour ouvrir le score (54). «Le match était très équilibré, les deux équipes ont eu des occasions. Mais avant le penalty le Barça n'en a eu aucune», a estimé Pellegrini. Affirmant qu'il avait «senti dès le début du match qu'il n'était pas impartial», l'entraîneur de City a contesté le choix de M. Eriksson comme arbitre de la rencontre. «Pour un match de cette importance, je ne sais pas si c'était une bonne idée de nommer un arbitre suédois. Il y a en Europe des football qui comptent plus que celui de la Suède. Ce genre de match requiert des arbitres plus expérimentés», a-t-il dit. «L'erreur, c'est d'avoir nommé quelqu'un qui avait lésé Barcelone en 8e l'an passé. Contre Milan, il avait fait une erreur contre eux et aujourd'hui, il a réparé ça», a-t-il ajouté.

Ton opinion