L'Argentine veut continuer sur sa lancée face à la Namibie
Actualisé

L'Argentine veut continuer sur sa lancée face à la Namibie

Victorieuse de ses deux premiers matches, l'Argentine devrait en toute logique faire un pas de plus vers les quarts de finale de la Coupe du monde de rugby lors de son troisième match de la poule C l'opposant samedi soir à Marseille à la Namibie, qui vient d'être écrasée (87-10) par la France.

L'Argentine n'avait jamais remporté ses deux premiers matches dans une phase finale de Coupe du monde et ne peut pas laisser échapper la chance de conserver la première place du groupe C quel que soit le résultat de la rencontre entre Français et Irlandais, qui se seront croisés la veille.

Les Argentins veulent surtout continuer à mettre leur jeu en place avant leur choc décisif face à l'Irlande le 30 septembre.

«Il nous importe peu que cette équipe (de Namibie) soit la moins bonne ou non de notre groupe. Nous ne pouvons pas entrer sur le terrain et gagner en leur montrant simplement nos maillots», explique le demi de mêlée Agustin Pichot. «Il faut que nous continuions sur notre lancée des matches contre la France et la Géorgie.»

L'Argentine a battu la France (17-12) dans le match d'ouverture puis dominé la Géorgie (33-3). Elle est la seule équipe de la Coupe du monde à ne pas avoir pris d'essai. Elle n'en a en revanche inscrit que cinq.

Les Pumas ont toutes les chances de se rattraper face aux Namibiens. Les deux formations ne se sont rencontrées qu'une seule fois. C'était lors du Mondial 2003 et l'Argentine s'était imposée (67-14). Cette marge reste son écart record en Coupe du monde.

L'autre affiche de la journée verra à Lens un choc au sommet du groupe A entre l'Afrique du Sud et les Tonga.

Deuxième de la poule à une longueur des Springboks, la formation tonguienne vit un rêve éveillé. Après ses succès sur les Etats-Unis (25-15) et ses voisins des Samoa (19-15), l'équipe polynésienne a remporté deux matches dans une même Coupe du monde pour la première fois. Elle ne comptait auparavant que deux victoires en quatre participations.

«Nous avions des objectifs en arrivant ici et franchement on peut dire aujourd'hui que nous y sommes parvenus. Tout ce qui viendra en plus sera considéré comme du bonus», explique l'entraîneur tonguien Quddus Fielea.

Fielea a procédé à quatre changements avec le secret espoir de surprendre l'Afrique du Sud qui vient de surclasser le champion du monde anglais (36-0).

De son côté, Jake White, l'entraîneur Sud-Africain, a décidé de faire tourner son effectif. Il a effectué onze changements par rapport à l'équipe qui a offert une démonstration d'efficacité face aux Anglais et a confié le brassard à Bobby Skinstad.

White a toutefois placé trois de ses ténors sur le banc. Le capitaine habituel John Smit, le 2e ligne Victor Matfield et l'arrière Percy Montgomery, le meilleur réalisateur du Mondial (47 points).

Dans l'autre match du groupe A à Nantes, l'Angleterre affrontera les Samoa. Après leur victoire hésitante sur les Etats-Unis (28-10) et leur inquiétante défaite contre l'Afrique du Sud (36-0), les champions du monde doivent battre les Samoa puis les Tonga pour atteindre les quarts de finale. A défaut, l'Angleterre deviendra le premier champion sortant éliminé en phase de poules.

Mais les Samoa ont perdu contre l'Afrique du Sud puis les Tonga et un nouveau revers signifierait leur élimination. «Nous sommes bien conscients de l'enjeu de cette partie et de ce qu'elle représente pour notre pays, nos familles et toutes les choses pour lesquelles nous jouons», assure l'entraîneur samoan Michael Jones.

Il y a quatre ans, le match de poule entre les deux formations avait donné lieu à une belle empoignade et les Anglais n'avaient fait la différence qu'en seconde période (35-22).

«Il n'y a pas besoin de réfléchir longtemps pour voir que les Samoans sont physiques et plein d'adresse. C'est ce que nous avions constaté il y a quatre ans», commente l'ouvreur anglais Jonny Wilkinson. Rétabli de son entorse de la cheville, la star du Quinze de la Rose rejouera son premier match de Coupe de monde depuis son drop victorieux lors de la finale de la précédente édition.

Les Samoa pourront compter sur l'expérience de Brian Lima, qui à 35 ans dispute sa cinquième phase finale. Celui qui est surnommé «le chiropracteur» pour ses plaquages musclés est rétabli d'une commotion cérébrale subie lors du match contre l'Afrique du Sud. (ap)

Ton opinion