Musique suisse: L'argument des radios: «discutable, voire insultant»
Actualisé

Musique suisseL'argument des radios: «discutable, voire insultant»

Après l'annonce du dépôt de la motion de Luc Barthassat demandant un quota de 25% de musique suisse sur les ondes, les réactions des stations étaient contrastées. L'association Musiciens Suisses a souhaité réagir.

par
David Maccabez

Dans notre article du 2 octobre dernier, nous présentions le projet de motion du conseiller national PDC genevois. Interrogés, certaines radios privées romandes et alémaniques et le label Warner Music avaient exprimé leur grande réserve quant à ce projet, prétextant le manque de qualité de la production nationale et le désintérêt du public pour celle-ci.

Mardi, Musiciens Suisses , une des associations nationales de défense des intérêts des artistes locaux, a publié une prise de position sur le sujet. Si elle salue la volonté de Luc Barthassat de faire bouger les choses, elle s'indigne des propos tenus par les radios et par Warner. «L'argument de Radio Energy selon lequel la musique est uniquement programmée en fonction de critères de qualité, et que c'est la raison pour laquelle les titres suisses ne sont pas dans les playlists, est très discutable, voire insultant», écrit l'association.

Et sur le désintérêt du public, voici ses arguments: «Il est de notoriété publique qu'une grande partie des radios privées fait de la radio formatée, c'est-à-dire un programme déterminé par des sondages auprès du public. Il n'est pas surprenant que, lorsque l'on demande aux gens quelle musique ils préfèrent, ceux-ci choisissent en priorité celle qu'ils connaissent déjà. Il en résulte fréquemment des radios qui finissent par ressembler à un best of de 1960 à nos jours. (...) La vieille rengaine radiophonique 'Nous ne fabriquons pas des tubes, nous les diffusons' a déjà

coupé l'herbe sous les pieds de nombreux talentueux jeunes groupes. De jeunes artistes suisses moins connus ou nouveaux venus n'ont aucune chance dans un tel contexte, et cela a très peu à voir avec la qualité des productions ou des chansons.»

Enfin, Ralf Brachat de Warner Music, conseillait de ne pas trop focaliser sur les radios et de penser aux nouveaux supports comme internet. Là-dessus, Musiciens Suisses est formel: «Les rentrées d'argent générées par les passages radio sont l'une des ressources financières les plus importantes des musiciens. En comparaison, les revenus générés par les radios online ou les services de streaming sont ridiculement faibles. C'est pourquoi il est tout à fait essentiel pour le bien-être économique des musiciens suisses d'être diffusés sur autant de chaînes de radio que possible.»

Pour terminer, l'association explique qu'elle est consciente des réalités économiques et d'image des radios: «Nous sommes conscients qu'il existe des radios privées et régionales qui, même avec des moyens limités, ont déjà un profil musical qui n'est pas forcément orienté vers ce qui plaît au plus grand nombre», écrit-elle. Elle se dit toutefois ouverte au dialogue.

Ton opinion