Actualisé 02.12.2018 à 16:29

BerneL'armée abusait des vols en hélico sur la capitale

Un pré, en ville, servait d'héliport pour les fonctionnaires et les gradés. Le Conseil fédéral y a mis le holà.

de
gma
Keystone/Peter Schneider

Pendant des années, la prairie de la caserne de Breitenrain, à Berne, a servi d'héliport pour des hauts gradés et des cadres du Département de la défense (DDPS). Jusqu'à 80 mouvements y étaient enregistrés chaque année, selon la «SonntagsZeitung». Au grand dam des habitants de ce quartier calme, qui s'en sont plaint en 2015 à Simonetta Sommaruga, alors présidente de la Confédération.

Fonctionnaires et militaires justifiaient ces vols par un gain de temps dans leurs agendas surchargés. L'argument n'a pas convaincu la socialiste. Pas plus que le chef du DDPS de l'époque, l'UDC Ueli Maurer. Il a interdit à la direction du département et au commandement de l'armée de décoller et d'atterrir dans ce pré. «Depuis, la place n'est accessible qu'aux conseillers fédéraux», indique un porte-parole du DDPS cité par l'hebdomadaire. Et la moyenne a chuté à 13 vols par an, principalement pour les ministres Alain Berset et Johann Schneider-Ammann.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!