Irak: L'armée américaine affirme avoir tué le numéro deux d'Al-Qaïda
Actualisé

IrakL'armée américaine affirme avoir tué le numéro deux d'Al-Qaïda

L'armée américaine a affirmé mercredi avoir tué le numéro deux de la branche irakienne d'Al-Qaïda, le Marocain Abou Qaswara, le 5 octobre lors d'une opération à Mossoul.

Cette information n'a pu être confirmée de source indépendante ou par le réseau extrémiste.

«Abou Qaswara, connu également sous le nom d'Abou Sara, était le responsable d'Al-Qaïda pour le nord de l'Irak», a indiqué l'armée américaine. Elle a précisé qu'il était de nationalité marocaine et avait des liens de longue date avec le fondateur d'Al-Qaïda en Irak, Abou Moussab al-Zarqaoui, tué en juin 2006.

A Stockholm, les services secrets suédois ont annoncé la mort d'un Suédois d'origine marocaine de 43 ans, soupçonné d'être un haut responsable d'Al-Qaïda en Irak, dans des circonstances similaires.

Interrogée, l'armée américaine a refusé de confirmer que le Suédois et le numéro deux d'Al-Qaïda étaient la même personne. Des rapports de renseignement suggèrent que l'une des connections d'Abou Qaswara menait au réseau de la mosquée Brandburgen, un réseau islamiste à Stockholm, a cependant précisé un porte-parole de l'armée.

«Légitime défense»

Des soldats américains ont investi, sur la base de renseignements, une cache occupée par des «terroristes» dans un immeuble de Mossoul. Ils sont entrés et ont été accueillis par des tirs.

«Les forces de la Coalition ont riposté en état de légitime défense, tuant cinq des terroristes. Il a été déterminé plus tard que l'un d'entre eux était Abou Qaswara», selon le communiqué.

Le 5 octobre, l'armée américaine avait annoncé la mort de onze personnes, dont cinq terroristes présumés, trois femmes et trois enfants, après qu'un kamikaze avait déclenché sa veste d'explosifs lors d'une opération à Mossoul. Dans le communiqué de mercredi, elle ne fait plus référence au kamikaze et aux civils.

Ni la mort du numéro deux d'Al-Qaïda en Irak, ni les informations délivrées à son sujet par les Américains n'ont pu être confirmées.

Revers

Mossoul, qui abrite plus de 1,5 million d'habitants sunnites, chiites, chrétiens et kurdes, est considérée par le commandement américain comme l'épicentre de l'action des partisans en Irak d'Oussama ben Laden, repoussés en 2007 de Bagdad et de l'ouest du pays.

La mort présumée de Qaswara intervient après l'annonce le 4 octobre de disparition d'un des principaux chefs d'Al-Qaïda à Bagdad, Maher Ahmad al-Zoubaïdi.

Al-Qaïda a subi de nombreux revers en Irak depuis 2007. Le réseau a été considérablement affaibli par une stratégie de contre- insurrection de l'armée américaine jouant sur la lassitude des sunnites face aux violences islamistes et leur ralliement à l'armée américaine.

Les violences sont ainsi tombées à leur plus bas niveau depuis quatre ans, même si un pic de violences a été constaté depuis un mois à Bagdad, frappée par plusieurs attentats suicide meurtriers. (ats)

Ton opinion