L'armée du mal sera-t-elle vaincue par la pierre de vie?
Actualisé

L'armée du mal sera-t-elle vaincue par la pierre de vie?

Istin propose un nouveau voyage à la frontière de l'heroic fantasy et de l'alchimie.

La bataille fait rage. L'armée de Cathaar s'apprête à fondre sur celle de Fedath, le seigneur d'Ombre. Bran, le vieux mage, est le seul espoir contre l'expansion du mal. A condition qu'il puisse recréer Atanys, la pierre de vie qui, grâce à son chant, pourrait annihiler le mal.

«Le seigneur d'Ombre» a une particularité: il est entièrement réalisé sur Photoshop. Le résultat de certaines scènes, enveloppées dans des architectures monumentales à la Tolkien, est tout simplement ébouriffant.

De son côté le scénario est bien trempé et mélange habilement les recettes éprouvées de l'heroic fantasy à la quête alchimique de purification des coeurs. Le tout est saupoudré de mythes celtiques. On reconnaît là l'influence des «Contes du Korrigan», collections de contes bretons publiés précédemment par Istin.

Selsa Maadi

Istin, Dim «Le seigneur d’Ombre - Tome 4», Soleil

Ton opinion