L'armée en mauvaise posture sur Internet
Actualisé

L'armée en mauvaise posture sur Internet

La face sombre de l'armée suisse s'affiche sur le Net. Des scènes violentes, filmées avec des téléphones portables, circulent...

Attaquée par surprise, tabassée, la sentinelle gît à terre. Un de ses attaquants fait semblant de l'exécuter avec son couteau militaire. Le film n'émane pas des troupes américaines en Irak, ni de soldats allemands en Afghanistan, mais de membres de l'armée suisse, révèle «20 minuten». Le frère alémanique de «20 minutes» en a visionné toute une série: scènes de violence, soldats complètement ivres, officiers tirant sur leur casque avec leur pistolet d'ordonnance, poupée gonflable malmenée...

Ces films émanent aussi bien de recrues que de membres de la Swisscoy, engagés pour le maintien de la paix au Kosovo, selon notre confrère alémanique. Et le monde entier peut les visionner sur des plate-formes internet comme Youtube.

En l'absence de directives nationales, l'armée avoue, pour le moment, son impuissance. Pas question, pour autant, d'interdire l'usage du mobile au service militaire, garantit le divisionnaire Heinz Aschmann dans SonntagsBlick.

Et de minimiser la portée de tels actes: pour lui, Internet a remplacé le bistrot où les jeunes hurlaient pour se faire entendre. «Avec ces petits films, on se situe dans une zone grise,» constate le chef de la formation militaire. Et d'ajouter que ces actes ne sont punissables que s'il est possible de prouver qu'ils enfreignent la loi, et pour autant que les coupables aient pu être identifiés.

Emmanuelle Robert

Ton opinion