Actualisé 28.06.2014 à 18:41

IrakL'armée lance l'assaut pour reprendre Tikrit

L'armée irakienne a lancé samedi l'assaut pour reprendre la ville de Tikrit, tenue depuis deux semaines par des insurgés sunnites de l'EIIL.

Des milliers de soldats, appuyés par l'aviation, ont lancé samedi l'offensive sur Tikrit, la ville de l'ancien dictateur Saddam Hussein située à 160 km au nord de Bagdad. Selon un porte-parole militaire qui s'est adressé à la presse à Bagdad, 29 «terroristes» ont été tués vendredi à Tikrit et le moral de leurs chefs commence à flancher.

«Les combattants de l'Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL) n'ont qu'une alternative: fuir ou être tués», a de son côté déclaré le général Sabah Fatlawi.

Selon lui, les troupes au sol étaient samedi à 20 km au sud de la ville. Elles se trouvaient à seulement un ou deux kilomètres des portes ouest de la ville, et sont engagées dans des combats avec les jihadistes de l'EIIL, ont précisé des témoins.

Coordination avec les Etats-Unis

Selon le général Qassem Atta, conseilleur à la sécurité du Premier ministre Nouri al-Maliki, l'armée contrôle désormais la route menant de Bagdad à Samarra, au sud de Tikrit. Il y a une coordination avec les Etats-Unis «sur le terrain pour étudier les cibles importantes», a-t-il ajouté à la télévision, sans plus de détails.

L'Irak réclame depuis plusieurs semaines des frappes aériennes américaines contre les insurgés, mais Washington s'est pour l'instant contenté d'envoyer 300 conseillers militaires et d'annoncer un plan de 500 millions de dollars pour armer et entraîner des rebelles modérés en Syrie afin qu'ils participent à la lutte en Irak contre l'EIIL.

Combats entre islamistes

En Syrie en effet, l'EIIL s'est attiré les foudres de la rébellion dans son ensemble, et des combats entre ces anciens alliés ont fait des milliers de morts depuis janvier.

Samedi, dans un nouvel épisode de cet affrontement fratricide, des rebelles islamistes et le Front al-Nosra - la branche syrienne d'Al-Qaïda - ont lancé une attaque contre l'EIIL pour les chasser de Boukamal, principale localité syrienne à la frontière avec l'Irak.

Selon Abou Youssouf al Masri, le chef local du Front al Nosra, la qui a prêté allégeance à l'EIIL, un attentat suicide commis dans la nuit y a fait trois morts parmi ses hommes. L'Observatoire syrien des droits de l'homme (OSDH) fait quant à lui état de combats entre l'EIIL et des mouvements islamistes rivaux, dont des composantes du Front al Nosra qui n'appartiennent pas à l'aile d'al Masri.

Dans le nord du pays, en revanche, des combattants sunnites ont avancé dans la région de Mossoul. Ils ont pris six villages habités par la minorité chiite shabak à l'issue de combats avec les peshmergas kurdes qui tentaient de sécuriser la région, a annoncé vendredi un élu de cette communauté.

Une explosion a par ailleurs fait onze blessés samedi dans une antenne du ministère de la Santé à Mossoul, selon un membre du personnel.

Avancée diplomatique

Sur le front diplomatique, le roi Abdallah d'Arabie saoudite a promis au secrétaire d'Etat américain d'inviter les représentants la communauté sunnite d'Irak à siéger dans un gouvernement élargi, a-t-on appris samedi de source américaine.

John Kerry semble ainsi avoir obtenu une concession de taille de la part du souverain saoudien, qui faisait jusqu'ici une question de principe de la mise à l'écart de M. Maliki, accusé de mettre les sunnites à l'écart. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!