Actualisé 24.10.2009 à 09:59

PakistanL'armée met la main sur une zone talibane au Waziristan

Les forces pakistanaises se sont emparées du village de Kotkai, le fief du chef des talibans Hakimullah Mehsud, au septième jour de l'offensive dans le Waziristan du Sud, a-t-on appris samedi de sources militaires.

«Les forces de sécurité ont pris le contrôle de Kotkai dans la nuit et le nettoyage du village se poursuit», a déclaré à l'AFP une source militaire qui a requis l'anonymat.

«Il s'agit d'une percée majeure car Kotkai était le bastion des talibans et le village natal de Hakimullah Mehsud et Qari Hussain», a-t-elle ajouté.

Hakimullah Mehsud est le chef du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP) et Qari Hussain l'un de ses lieutenants, considéré comme le cerveau de nombreux attentats suicide commis au Pakistan.

«La rebelles ont pour la plupart été tués ou ont pris la fuite», a poursuivi cette source, précisant que quatre d'entre eux avaient été tués, ainsi que trois soldats.

«Les forces de sécurité sont entrées dans la nuit de vendredi à samedi à Kotkai, après avoir pris possession des hauteurs surplombant le village», a indiqué une autre source militaire.

L'armée avant annoncé dès lundi avoir encerclé Kotkai.

Quelque 146 insurgés et 22 soldats pakistanais ont été tués depuis le début de l'offensive terrestre il y a une semaine, selon un bilan établi par l'armée, qui ne peut être vérifié de source indépendante, les zones des combats étant inaccessibles.

Le Pakistan est le théâtre, depuis plus de deux ans, d'une vague sans précédent d'attentats qui a tué près de 2300 personnes, perpétrés pour l'essentiel par des kamikazes du Mouvement des Talibans du Pakistan (TTP), qui a fait allégeance à Al-Qaïda.

Les autorités pakistanaises se sont engagées à en finir avec le réseau terroriste en lançant, après plusieurs mois de bombardements, une offensive terrestre samedi 17 octobre.

Environ 30 000 militaires sont engagés au sol dans cette opération, avec l'appui d'avions de combat, d'hélicoptères d'attaque et d'artillerie lourde, selon des officiers. Ils font face, selon divers experts, à environ 10 000 talibans pakistanais, épaulés par un nombre indéterminé de combattants étrangers.

Le terrain d'accès difficile, les mines et la résistance des talibans a ralenti l'avance des troupes, et l'opération pourrait prendre plus de temps que prévu, selon des sources militaires.

Plus de 120 000 civils ont déjà fui la région où se déroulent les combats, selon les autorités pakistanaises et des organisations humanitaires.

Depuis 2002, l'armée pakistanaise a perdu plus de 2000 soldats dans des combats contre les combattants islamistes dans les zones tribales frontalières de l'Afghanistan et le nord-ouest du pays, sans parvenir à aucun résultat concret. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!