Actualisé 19.12.2012 à 14:02

Requérants d'asile

L'armée peine à trouver de la place

Comme les autorités civiles, l'armée a du mal à trouver des places d'hébergement pour les requérants. De grandes installations militaires font l'objet d'une étude.

La mise à disposition de cantonnements militaires pour faire face à l'augmentation du nombre de demandes d'asile a été décidée par le gouvernement en mars dernier. Il s'agissait de disposer, en l'espace de six mois, de 2000 places utilisables par des civils pour une durée de six mois et d'organiser 2000 places supplémentaires pour une durée de trois ans d'ici la fin 2013.

Depuis cette décision, 530 places ont été trouvées dans cinq cantonnements. Avec l'ouverture au premier semestre de l'année 2013 de trois nouveaux sites d'hébergement, le nombre de places passera à 966. Certaines grandes installations militaires, disposant d'un potentiel de plus de 400 places, font actuellement l'objet d'une étude de faisabilité. Le Conseil fédéral prendra de premières décisions à ce sujet dans le courant du 1er trimestre 2013. En outre, des hôtels et des hôpitaux désaffectés ainsi que d'autres bâtiments adéquats font l'objet d'une analyse quant à leur possibilité d'utilisation pour héberger des requérants d'asile.

Les difficultés sont semblables à celles rencontrées par les autorités civiles. Il s'agit en premier lieu de manquements en matière d'affectation des zones, de restrictions liées au droit de construction, de réticences politiques et de répercussions financières consécutives à l'utilisation de cantonnements militaires, notamment en matière de sécurité anti-incendie. (ap)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!