Actualisé 27.07.2015 à 11:46

Vallée de Joux (VD)

L'armée suisse accusée de «voler» l'eau de la France

Une polémique a éclaté sur l'utilisation du lac français des Rousses pour abreuver les vaches du Jura vaudois.

de
Abdoulaye Penda Ndiaye/Côme Gallet
1 / 6
26.07 Des hélicoptères de l'armée suisse ont prélevé de l'eau du lac des Rousses, la semaine dernière, sans que les autorités locales ne soient au courant. La polémique enfle d'autant plus que la région a instauré des restrictions d'eau.

26.07 Des hélicoptères de l'armée suisse ont prélevé de l'eau du lac des Rousses, la semaine dernière, sans que les autorités locales ne soient au courant. La polémique enfle d'autant plus que la région a instauré des restrictions d'eau.

Dominic Steinmann
Lecteur reporter
Lecteur reporter

«Pour sauver ses vaches, la Suisse 'vole' de l'eau en France», titrait de manière provocatrice dimanche matin le «Parisien».

Sur le site du «Progrès», un déferlement de commentaires chauvins et courroucés accompagne la nouvelle du journal lyonnais. Le petit voisin suisse aurait eu l'outrecuidance d'envoyer son armée puiser l'eau du lac des Rousses (F) pour étancher la soif des vaches du Jura vaudois, qui tirent la langue à cause de la canicule. Et, suprême crime de lèse-majesté, s'indignent les Français, le ballet des hélicoptères suisses de jeudi dernier s'est fait sans que les autorités locales hexagonales aient été averties.

«Tout s'est déroulé à notre insu alors que la commune est propriétaire du lac. Ce n'est pas normal», s'insurge le maire des Rousses, Bernard Mamet, joint par «20 minutes». Du côté de la population, la pilule passe d'autant plus mal que la Préfecture vient de prendre un «arrêté de restriction des usages de l'eau».

Entre sa volonté de désenfler la polémique et celle de rétablir la vérité sans offusquer Paris, l'armée réagit sobrement. «Mercredi, une demande officielle a été envoyée à l'Etat français, qui nous a donné son feu vert», affirme le porte-parole Daniel Reist. Selon lui, c'est pour des raisons d'efficience que le lac des Rousses a été choisi par rapport à l'emplacement des vaches. «Nous avons gagné quinze minutes par vol», signale-t-il.

Histoire de ne pas souffler sur les braises, les Super Puma des forces aériennes n'ont plus atterri aux Rousses depuis jeudi.

Outre le Jura vaudois, l'armée a secouru le bétail dans les Préalpes fribourgeoises et dans le canton de Saint-Gall.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!