Actualisé 22.06.2015 à 12:31

SyrieL'armée syrienne avance à l'ouest de Palmyre

L'armée syrienne a sécurisé une route d'acheminement de pétrole à l'ouest de la ville antique, capturée il y a un mois par le groupe jihadiste Etat islamique (EI).

1 / 872
31.03 Des raids du régime syrien sur un bastion rebelle à l'est de Damas ont fait une trentaine de morts. Les Etats-Unis ont vivement condamné ces «attaques contre des civils».

31.03 Des raids du régime syrien sur un bastion rebelle à l'est de Damas ont fait une trentaine de morts. Les Etats-Unis ont vivement condamné ces «attaques contre des civils».

epa/Mohammed Badra
30.03 Il serait «logique que des forces indépendantes, tout comme les forces de l'opposition et celles loyales au pouvoir y soient représentées», a estimé le président syrien dans une interview à l'agence de presse publique russe Ria Novosti.

30.03 Il serait «logique que des forces indépendantes, tout comme les forces de l'opposition et celles loyales au pouvoir y soient représentées», a estimé le président syrien dans une interview à l'agence de presse publique russe Ria Novosti.

epa/Alexey Druzhinyn/ria Novosti/pool
27.03 Le président russe Vladimir Poutine a félicité par téléphone son homologue syrien Bachar al-Assad pour la reprise de la ville de Palmyre au groupe Etat islamique (EI). (Image d'archives)

27.03 Le président russe Vladimir Poutine a félicité par téléphone son homologue syrien Bachar al-Assad pour la reprise de la ville de Palmyre au groupe Etat islamique (EI). (Image d'archives)

ria Novosti

«L'infanterie a progressé de manière significative dans la zone d'al-Biyarat al-Gharbiya», qui était aux mains de l'EI, une organisation ultraradicale qui sévit en Syrie et en Irak voisin, a rapporté le quotidien al-Watan proche du régime.

Selon l'Observatoire syrien des droits de l'Homme (OSDH), le régime a carrément «chassé durant le week-end les jihadistes d'al-Biyarat et se trouve ainsi à 10 km de Palmyre».

«La prise de cette région lui permet de sécuriser une route de transport de pétrole à partir du champ de Jazal, situé à une vingtaine de km au nord-ouest de Palmyre», a expliqué Rami Abdel Rahmane, directeur de l'OSDH. L'armée syrienne avait repris à l'EI le contrôle total du champ la semaine dernière.

«Le régime peut désormais transporter du pétrole de Jazal, via al-Biyarat, vers les autres villes sous son contrôle» dans le pays en guerre depuis mars 2011, selon lui.

Lundi, des renforts militaires étaient acheminés vers al-Biyarat, tandis que l'armée poursuivait ses raids aériens sur Palmyre, a précisé l'OSDH qui a rapporté 11 morts civils dimanche dans les frappes.

Le journal syrien a aussi fait état d'une «intensification» des raids aériens «contre l'EI à Palmyre et dans son périmètre».

Le groupe jihadiste a miné les célèbres ruines de Palmyre inscrites par l'Unesco au patrimoine mondial de l'Humanité, a affirmé dimanche l'OSDH, faisant craindre un désastre pour ce joyau du désert syrien.

Mais il n'était pas clair si l'intention des jihadistes était de menacer de s'en prendre à la ville antique pour empêcher l'armée d'avancer, ou bien de faire sauter quoiqu'il arrive la cité antique.

L'EI avait détruit plusieurs trésors archéologiques en Irak, mais il avait également miné les villes conquises pour dissuader l'armée de chercher à les reprendre.

La priorité du régime syrien sont les champs pétroliers et gaziers autour de Palmyre, qui «alimentent en électricité Damas, Banias sur la côte et Homs», a dit M. Abdel Rahmane, jugeant peu probable qu'il «s'attaque pour le moment à Palmyre où il n'a pas de soutien populaire».

Le champ de Jazal est l'un des derniers champs aux mains du régime.

(afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!