Actualisé 25.10.2010 à 21:39

Affaire WikiLeaksL'armée US aurait tenté d'arrêter la torture

Le chef d'état-major de l'armée de Terre américaine a assuré lundi que les Etats-Unis avaient tenté d'empêcher les autorités irakiennes de pratiquer la torture.

Le général George Casey a réfuté les informations du site WikiLeaks selon lesquelles des cas de violence ont été couverts par Washington.

Le général George Casey a réfuté les informations du site WikiLeaks selon lesquelles des cas de violence ont été couverts par Washington.

«Des articles de presse ont mentionné le fait que nous aurions fermé les yeux sur des violences commises par les Irakiens sur des prisonniers», a dit le général George Casey, ancien commandant de la force multinationale en Irak.

«C'est tout simplement inexact. Notre politique à toujours été que, lorsque des soldats américains se trouvent confrontés à des cas de violence sur des prisonniers, il doivent les empêcher et ensuite en rendre compte immédiatement aux chaînes de commandement américaine et irakienne», a-t-il assuré à des journalistes.

Le site WikiLeaks a publié vendredi quelque 400 000 rapports d'incidents, écrits de 2004 à 2009 par des soldats américains, qui relatent des cas de torture par les forces irakiennes, sur lesquels les Américains auraient fermé les yeux, ainsi que «plus de 300 cas de torture commis par les forces de la coalition», selon le fondateur du site, Julian Assange.

Les documents révèlent aussi que le conflit a fait 109.032 morts en Irak et que plus de 60% sont des civils, soit 66 081 personnes. Sur ce total, 15 000 décès de civils n'avaient jusqu'à présent pas été révélés, selon WikiLeaks.

Le général George Casey a réfuté toute politique consistant à minorer le nombre des morts civils en arguant que les forces américaines étaient en contact avec les morgues sur place pour affiner leurs bilans.

«Ca ne sonne pas juste. Nous avons activement cherché à appréhender quel était l'impact de notre action et de celles des rebelles sur les civils», a-t-il fait valoir.

Dans les documents diffusés, Wikileaks a masqué les noms de certaines personnes qui auraient pu être mises en danger par la diffusion des documents.

«Mais des informations permettant d'identifier certains individus sont restées», comme leur fonction, a déclaré le colonel Dave Lapan, un porte-parole du Pentagone. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!