Actualisé 22.10.2010 à 23:30

Annonce de WikiLeaksL'armée US cachait la torture de détenus

L'armée US a «couvert» la torture de détenus par les autorités en Irak où des centaines de civils ont été tués aux barrages américains, selon des documents confidentiels du site WikiLeaks.

WikiLeaks devrait faire des révélations samedi 22 octobre.

WikiLeaks devrait faire des révélations samedi 22 octobre.

La chaîne satellitaire du Qatar Al-Jazira cite les «principales conclusions» des documents secrets américains obtenus par le site internet WikiLeaks, couvrant la période allant du 1er janvier 2004 au 31 décembre 2009 en Irak, après l'invasion américaine de mars 2003 qui a renversé le régime de Saddam Hussein.

Elle parle, en citant ces documents, du nombre «beaucoup plus élevé qu'officiellement annoncé» des victimes civiles durant le conflit et de l'implication présumée du voisin iranien dans le financement des milices chiites.

Avertissement du Pentagone

Quelques heures plus tôt, WikiLeaks avait promis «une annonce importante» pour samedi matin, sans préciser laquelle, même si la presse lui avait prêté l'intention de publier des milliers de documents secrets sur la guerre en Irak.

Avant les révélations annoncées par Al-Jazira, le Pentagone avait averti qu'une publication des documents secrets pourraient «menacer les troupes ou les Irakiens qui coopèrent avec les Américains».

Près de 50.000 soldats américains sont toujours déployés en Irak, après la fin de la mission de combat des troupes des Etats-Unis fin août. La sécurité est depuis confiée aux seuls Irakiens, dans un contexte d'impasse politique en l'absence d'un nouveau gouvernement près de six mois après les élections.

Bilan minimisé

«Bien que l'un des objectifs de la guerre contre l'Irak était de fermer les centres de torture de Saddam Hussein, les documents de WikiLeaks montrent de nombreux cas de torture et d'abus de prisonniers irakiens par des policiers et soldats irakiens. En plus, ils révèlent que les Etats-Unis étaient au courant de la torture sanctionnée par l'Etat (irakien) mais avaient ordonné à leurs troupes de ne pas intervenir», affirme la chaîne.

Elle ajoute que selon ces documents, des «centaines de civils ont été tués durant la guerre à des barrages tenus par l'armée américaine (...)» et que «le bilan des civils morts est beaucoup plus important que celui annoncé». «Les Etats-Unis ont établi un bilan des morts durant la guerre malgré leurs démentis répétés», dit- elle.

«Des rapports de l'armée américaine sur des allégations liant le Premier ministre (sortant) Nouri al-Maliki aux escadrons de la mort» qui semaient la mort et la terreur au début du conflit sont également mentionnés par le site selon Al-Jazira.

La chaîne parle aussi «de rapports secrets américains révélant de nouveaux cas impliquant (l'ancienne société de sécurité américaine privée) Blackwater dans des tirs contre des civils». Elle fait état «de documents détaillant la guerre secrète de l'Iran en Irak, en évoquant le rôle des Gardiens de la révolution en tant que fournisseur présumé en armes des insurgés chiites».

«Conséquences très négatives»

WikiLeaks avait déjà diffusé pendant l'été des documents secrets de l'armée américaine sur la guerre en Afghanistan, suscitant la colère de Washington.

Pour le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, les fuites «pourraient avoir de conséquences très négatives en matière de sécurité pour les personnes concernées».

Le site WikiLeaks, fondé en 2006 et spécialisé dans le renseignement, a déjà diffusé de très nombreux documents confidentiels jetant une lumière crue sur les guerres en Irak et en Afghanistan, avec des révélations notamment sur les victimes civiles et sur les liens supposés entre le Pakistan et les insurgés.

WikiLeaks doit également prochainement publier près de 15'000 documents confidentiels supplémentaires sur la guerre en Afghanistan, après en avoir publié 77'000 en juillet, provoquant une tempête médiatique et la fureur du Pentagone.

«Importante annonce de WikiLeaks en Europe à 10h demain (NDLR, samedi)», affirme le message publié vendredi sur le compte Twitter de WikiLeaks.

WikiLeaks ne précise pas où en Europe et à quelle heure en temps universel sera faite l'annonce.

Auparavant vendredi, le secrétaire général de l'Otan, Anders Fogh Rasmussen, avait mis en garde à Berlin contre de nouvelles révélations par WikiLeaks, auquel la presse a prêté l'intention de publier très prochainement des milliers de documents secrets sur la guerre en Irak.

De son côté, le Pentagone, qui a annoncé il y a une semaine avoir mobilisé 120 personnes pour évaluer les conséquences possibles de la diffusion des documents, avait demandé lundi aux médias de «ne pas faciliter la fuite» des documents sur l'Irak.

Le site WikiLeaks, fondé en 2006 et spécialisé dans le renseignement, a déjà diffusé de très nombreux documents confidentiels jetant une lumière crue sur les guerres en Irak et en Afghanistan, avec des révélations notamment sur les victimes civiles et sur les liens supposés entre le Pakistan et les insurgés. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!