Serie A: L'AS Rome licencie Zeman, Laurent Blanc attendu?
Actualisé

Serie AL'AS Rome licencie Zeman, Laurent Blanc attendu?

Le club romain a licencié son entraîneur tchèque samedi au lendemain de la défaite à domicile contre Cagliari (4-2). L'ancien sélectionneur de l'équipe de France pourrait le remplacer.

Le Français Laurent Blanc (à droite) est pressenti pour remplacer le Tchèque Zdenek Zeman sur le banc romain.

Le Français Laurent Blanc (à droite) est pressenti pour remplacer le Tchèque Zdenek Zeman sur le banc romain.

La direction de l'équipe a été confiée à un de ses adjoints, Aurelio Andreazzoli, a précisé la Roma, en attendant de nommer un nouvel entraîneur. Les favoris sont l'ex-sélectionneur de l'équipe de France Laurent Blanc et l'Italien Marco Giampaolo (ex-Catane et Cesena), selon les médias italiens.

Andreazzoli fut déjà le second de Luciano Spaletti (2005-2009), puis était revenu pour épauler Vincenzo Montella en février 2011. Recruté cet été par les propriétaires américains de la Roma pour sa réputation de beau jeu, le Tchèque de 65 ans n'a pas réussi sa mission de relancer le club qui pointe à la 8e place du Championnat d'Italie, à neuf longueurs de la zone Ligue des champions, son objectif.

La défaite contre Cagliari, qui lutte pour ne pas descendre, a précipité la chute du mythe Zeman. L'incroyable but contre son camp sur le 2-1 concédé par le gardien uruguayen Mauro Goicoechea, imposé par le Tchèque, a symboliquement scellé son sort.

Meilleure attaque, mais avant-dernière défense

Il s'agissait de la neuvième défaite de la Roma en Serie A, qui doit aussi jouer la demi-finale retour de Coupe d'Italie contre l'Inter Milan, le 17 avril. Les Romains ont remporté 2-1 l'aller. Rachetée en 2011 par l'Américain Thomas Dibenedetto qui veut en faire un grand d'Europe, la Roma ne parvient pas à faire décoller son entreprise. Après l'échec de la greffe «barcelonaise» de Luis Enrique la saison dernière, où la «Louve» ne s'était même pas qualifiée pour une Coupe d'Europe, le projet «Zeman 2» a aussi échoué.

Le «Bohème fumant» (il s'offrait des cigarettes sur le banc quand c'était permis) n'a réussi cette saison qu'à faire décoller le nombre d'abonnés (24'200). Recruté après une saison brillante à Pescara qu'il a fait remonter en Serie A, Zeman a gardé intacte sa réputation de jeu offensif. Les tifosi romanistes gardaient un grand souvenir de son premier passage à la tête du club (1997-1999), où il avait notamment lancé l'idole Francesco Totti, aujourd'hui capitaine. Il part avec la meilleure attaque de Serie A, 49 buts marqués, mais l'avant-dernière défense, 42 buts encaissés.

La porosité traditionnelle de ses équipes avait fait dire au billettiste de la «Gazzetta dello sport», Gene Gnocchi, que la première décision de son homonyme Milos Zeman, nouveau président de la République tchèque, avait été de «supprimer le poste de ministre de la Défense».

L'échec du Tchèque est aussi celui du directeur sportif, Walter Sabatini, et du manager général, Franco Baldini, qui l'avaient choisi. Les tifosi les ont conspués vendredi soir plus encore que l'entraîneur. «Zeman a manqué de chance, mais la saison ne se terminera pas comme ça», a dit Sabatini. (afp)

Ton opinion