Tunisie/France: L'assaillant de Marseille n'a pas de lien avec Daech
Actualisé

Tunisie/FranceL'assaillant de Marseille n'a pas de lien avec Daech

Le Premier ministre tunisien Youssef Chahed a indiqué jeudi que l'enquête sur Ahmed H., qui a tué deux cousines, n'avait jusque-là pas mis en évidence de liens avec des groupes «terroristes».

1 / 27
La Suisse expulsé le frère de l'auteur de l'attaque à Marseille. Anouar H faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par les autorités de Tunis. (26 octobre 2017)

La Suisse expulsé le frère de l'auteur de l'attaque à Marseille. Anouar H faisait l'objet d'un mandat d'arrêt international émis par les autorités de Tunis. (26 octobre 2017)

AFP
Deux hommes, dont l'un était soupçonné d'avoir hébergé l'auteur de l'attaque de Marseille, ont été relâchés «en l'absence d'éléments incriminants». L'enquête se concentre sur la famille du tueur, dont l'un des frères a été arrêté en Italie cette semaine. (Samedi 14 octobre 2017)

Deux hommes, dont l'un était soupçonné d'avoir hébergé l'auteur de l'attaque de Marseille, ont été relâchés «en l'absence d'éléments incriminants». L'enquête se concentre sur la famille du tueur, dont l'un des frères a été arrêté en Italie cette semaine. (Samedi 14 octobre 2017)

Keystone
La maison de l'assaillant à Marseille. Les trois frères et la soeur du Tunisien qui a tué deux jeunes filles à Marseille le 1er octobre ont été entendus ces derniers jours, et deux d'entre eux, arrêtés en Italie et en Suisse. (mardi 10 octobre 2017)

La maison de l'assaillant à Marseille. Les trois frères et la soeur du Tunisien qui a tué deux jeunes filles à Marseille le 1er octobre ont été entendus ces derniers jours, et deux d'entre eux, arrêtés en Italie et en Suisse. (mardi 10 octobre 2017)

AFP

Le Premier ministre Youssef Chahed a indiqué jeudi que l'enquête sur Ahmed H., le ressortissant tunisien ayant tué deux jeunes cousines à Marseille dimanche, n'avait jusque-là pas mis en évidence de liens avec des groupes «terroristes» en Tunisie.

«L'enquête est en cours, nous n'avons pas vraiment de liens aujourd'hui ou de preuve qui prouve l'attachement, quand cette personne était en Tunisie, avec des groupes terroristes ou Daech» (acronyme arabe de l'organisation Etat islamique), a-t-il déclaré à la presse à l'issue d'une rencontre avec son homologue français Edouard Philippe. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion