Philippines: L'assaillant du casino n'est toujours pas identifié
Actualisé

PhilippinesL'assaillant du casino n'est toujours pas identifié

Les autorités philippines ont affirmé samedi n'avoir toujours pas identifié l'auteur de l'attaque d'un casino de Manille qui a fait la veille 37 morts.

1 / 15
Keystone
Au petit matin, on percevait toujours de la fumée émanant de l'établissement dans lequel l'attaque est survenue. (Vendredi 2 juin 2017)

Au petit matin, on percevait toujours de la fumée émanant de l'établissement dans lequel l'attaque est survenue. (Vendredi 2 juin 2017)

Keystone
Un homme avait alors ouvert le feu dans le casino pour, semble-t-il, y dérober de l'argent. (Vendredi 2 juin 2017)

Un homme avait alors ouvert le feu dans le casino pour, semble-t-il, y dérober de l'argent. (Vendredi 2 juin 2017)

Keystone

Malgré la revendication de cette attaque par le groupe Etat islamique (EI), les enquêteurs persistent à nier cette piste.

Des vidéos de caméras de sécurité montrent l'auteur tirant en l'air puis sur des gardes de sécurité avant de tenter de voler des jetons et de l'argent. Les vidéos ont été diffusées lors d'une conférence de presse donnée par les services de sécurité de la compagnie Resorts World, qui ont ajouté que l'homme semblait avoir mis le feu vendredi à plusieurs chambres de l'hôtel pour faire diversion pendant qu'il tentait de s'enfuir.

Dans un communiqué diffusé sur les réseaux sociaux, l'agence de propagande de l'EI, Amaq, a affirmé samedi que «des combattants de l'Etat islamique ont mené l'attaque à Manille». «Ils peuvent revendiquer l'attaque, mais les preuves à ce stade ne le confirment pas», a affirmé le porte-parole présidentiel Ernesto Abella.

Plus tard, le président des Philippines Rodrigo Duterte lui-même a démenti que l'auteur était un terroriste ayant agi au nom du groupe Etat islamique (EI). «Ce n'est pas l'oeuvre de l'EI», a-t-il dit à la presse lors d'un déplacement dans la ville de Cagayan de Oro. «Ce que fait l'EI est plus cruel et brutal, ils tuent les gens pour rien».

Une certaine confusion

Le chef de la police de Manille, Oscar Albayalde, a pour sa part déclaré samedi à l'AFP ne pas connaître l'identité de l'assaillant. Il a ajouté à la confusion en indiquant que la police tenait «le chauffeur de taxi» qui a déposé l'homme devant l'hôtel-casino.

Le président de la chambre basse du parlement philippin, Pantaleon Alvarez, a ajouté à la confusion en affirmant samedi que l'auteur de l'attaque était un terroriste ayant agi en «loup solitaire».

Un homme masqué avait fait irruption la veille dans l'hôtel-casino Resorts World Manila, près de l'aéroport de Manille, tirant avec un fusil d'assaut avant de déclencher un incendie en mettant le feu à une table de jeu. Trente-sept personnes ont été tuées dans l'incendie et des dizaines d'autres ont été blessées dans une bousculade qui s'est produite quand les clients ont tenté de fuir.

L'auteur de l'attaque, décrit par les autorités comme un cambrioleur souffrant de troubles psychologiques, s'est ensuite suicidé dans une chambre de l'hôtel en s'immolant par le feu et son corps carbonisé a été retrouvé cinq heures plus tard, selon la police.

Patrouilles communes contre l'EI

L'attaque de vendredi est intervenue alors que des combats se poursuivaient dans le sud du pays entre l'armée et des combattants liés à l'EI retranchés dans la ville à majorité musulmane de Marawi.

Selon des analystes, l'EI tenterait d'établir une «province» à Mindanao dans le cadre de ses tentatives d'instaurer un «califat» en Asie du Sud-Est, à l'instar de l'Irak et de la Syrie.

Samedi, le ministre malaisien de la défense Hishammuddin Hussein a annoncé que son pays allait lancer avec les Philippines et l'Indonésie des patrouilles communes au large de Mindanao pour faire face à la menace de l'EI. Le ministre a précisé lors du sommet sur la sécurité à Singapour que les patrouilles navales seraient lancées le 19 juin et seraient suivies de patrouilles aériennes communes. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion