Agression à Notre-Dame: L'assaillant est inscrit comme doctorant à Metz
Actualisé

Agression à Notre-DameL'assaillant est inscrit comme doctorant à Metz

Un homme armé d'un marteau a blessé un policier mardi à Paris. L'assaillant a été neutralisé et arrêté. Mercredi, le gouvernement parle «d'un acte isolé».

Notre-Dame, située en plein coeur du Paris touristique, est l'un des monuments les plus visités d'Europe, avec 13 millions d'entrées par an. (Photo d'archives)

Notre-Dame, située en plein coeur du Paris touristique, est l'un des monuments les plus visités d'Europe, avec 13 millions d'entrées par an. (Photo d'archives)

AFP

L'homme qui a attaqué un policier mardi devant Notre-Dame à Paris n'avait pas «donné de signes de sa radicalisation», a déclaré mercredi le porte-parole de gouvernement Christophe Castaner. Selon lui, «toutes les indications» confirment la thèse «d'un acte isolé». L'agresseur «n'avait, à aucun moment, donné de signes de sa radicalisation», a dit M. Castaner sur RTL, soulignant cependant n'avoir «pas plus d'éléments d'enquête que cela».

L'agresseur, âgé de 40 ans, qui a attaqué le policier avec un marteau, a revendiqué être «un soldat du califat», un terme utilisé pour désigner le califat autoproclamé en juin 2014 de l'organisation djihadiste Etat islamique (EI), selon une source proche de l'enquête.

«Pour la Syrie»

L'homme, qui avait également deux couteaux de cuisine en sa possession, a crié «c'est pour la Syrie» au moment où il frappait le policier, avait déclaré mardi le ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui s'est rendu sur les lieux. La France participe à la coalition militaire internationale qui cherche à anéantir en Irak et en Syrie l'EI.

L'assaillant portait des papiers au nom de Farid I., né en Algérie en janvier 1977 et inscrit depuis 2014 comme doctorant en sciences de l'information de l'université de Lorraine, à Metz, a-t-on appris mardi soir de source proche de l'enquête. «Il se présentait comme étudiant algérien, muni d'une carte dont nous devons vérifier l'authenticité», a indiqué le ministre de l'Intérieur, lors de sa venue sur le parvis de Notre-Dame.

Une perquisition a eu lieu mardi soir dans une résidence étudiante de Cergy, en région parisienne, où l'homme occupait un logement. Une quinzaine de membres de la Brigade de recherche et d'intervention (BRI), cagoulés et lourdement armés, ont fouillé un studio du rez-de-chaussée, a constaté l'AFP.

Très discret

Interrogés par l'AFP, la plupart des locataires, des étudiants, ont indiqué ne pas connaître l'assaillant. Un seul s'est souvenu d'un homme «très discret», qui «habitait là depuis un an et demi ou deux ans».

«Ce n'était pas du tout un islamiste avec une grande barbe. Plutôt le genre pantalon en toile et veste, un style de professeur des écoles. Le genre insoupçonnable», a commenté cet homme, qui a souhaité rester anonyme.

L'attaque a eu lieu à 16H20, dans l'un des quartiers les plus surveillés de Paris et haut lieu du tourisme. Le policier agressé faisait partie avec deux autres collègues d'une patrouille de surveillance de l'édifice catholique, a indiqué M. Collomb. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion