Actualisé 29.03.2017 à 11:01

Collombey (VS)

L'assainissement de la raffinerie va débuter

L'Etat du Valais et Tamoil se sont accordés sur les modalités pour rétablir la qualité des eaux souterraines de la raffinerie de Collombey.

Les mesures d'assainissement de la raffinerie prévoient d'assainir le sous-sol et de protéger à long terme les eaux souterraines.

Les mesures d'assainissement de la raffinerie prévoient d'assainir le sous-sol et de protéger à long terme les eaux souterraines.

Keystone

Une partie du sous-sol de la raffinerie de Collombey (VS) doit être assaini. Tamoil SA et l'Etat du Valais ont trouvé un accord sur les modalités de cet assainissement. Un essai pilote sera mené cette année encore.

L'essai pilote débutera cette année encore et durera six mois. Tamoil en soumettra les premiers résultats au service valaisan de la protection de l'environnement (SPE) d'ici fin avril et présentera un rapport définitif d'ici fin août 2018, a indiqué mercredi à l'ats Stéphane Trachsler, porte-parole de la compagnie pétrolière.

L'essai pilote sera réalisé dans un des cinq secteurs pollués de la raffinerie. Il permettra de vérifier l'efficacité des méthodes de traitement préconisées par les experts de Tamoil et examinées par le service valaisan de la protection de l'environnement (SPE), épaulé par des experts indépendants.

2% du site

Le traitement doit assainir le sous-sol et protéger à long terme les eaux souterraines. Le but des différents procédés qui seront utilisés est de renforcer la biodégradation des polluants et d'extraire les hydrocarbures accumulés notamment au sommet de la nappe phréatique, comme c'est le cas dans une zone limitée, précise l'Etat du Valais dans un communiqué.

L'objectif du plan global d'assainissement est «de réduire la concentration de polluants et d'atteindre des niveaux inférieurs aux limites fixées par l'ordonnance des sites pollués», souligne Tamoil. La compagnie pétrolière précise dans son communiqué que les cinq zones polluées à assainir représentent «2% du site de 70 hectares de la raffinerie».

5,5 millions de francs

Tamoil a déposé un projet d'assainissement de la raffinerie fin septembre 2016. «Il a été réalisé en étroite collaboration avec le SPE et AECOM URS, une société internationale de renom spécialisée dans les enquêtes environnementales, la surveillance et la réhabilitation de zones polluées», relève Tamoil.

La garantie financière de 5,5 millions de francs octroyée en novembre 2016 par la compagnie pétrolière couvrira les coûts liés à l'assainissement dans les cinq secteurs pollués et à la surveillance globale du site. La garantie financière prend la forme d'une hypothèque sur un bien immobilier détenu par Tamoil.

Acheteurs intéressés

La garantie financière a mis l'Etat à l'abri et a ouvert la voie à une vente éventuelle du site. «Nous sommes toujours en train d'évaluer les dossiers de plusieurs acheteurs potentiels», confie Stéphane Trachsler, qui n'en dira pas plus pour des raisons d'accords de confidentialité.

Le porte-parole ne confirme ni n'infirme avoir eu contact avec Christian Constantin. Le promoteur valaisan avait indiqué en septembre 2016 avoir signé une déclaration d'intention d'achat avec Tamoil. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!