Actualisé 17.12.2008 à 23:05

FranceL'Assemblée s'empare enfin du travail dominical

Après la longue bataille parlementaire sur la réforme de l'audiovisuel, l'Assemblée nationale a engagé mercredi soir le débat sur le travail dominical.

La gauche a d'ores et déjà promis une «opposition acharnée».

Maintes fois remanié, le texte est le produit d'un compromis arraché lundi soir lors d'une ultime réunion de conciliation à l'Elysée convoquée par Nicolas Sarkozy, farouche défenseur du travail le dimanche.

Cette nouvelle mouture semble avoir satisfait la cinquantaine de députés UMP et du Nouveau centre (NC) hostiles à la généralisation du travail dominical. Richard Mallié, l'auteur de la proposition de loi, s'est dit pour sa part satisfait de son texte remanié, dont les articles et les amendements - plus de 4000 - seront examinés à partir du 15 janvier.

Si le texte est adopté en l'état, les commerces alimentaires, qui aujourd'hui peuvent ouvrir jusqu'à 12h00 le dimanche, pourront ouvrir jusqu'à 13h00. Dans les zones touristiques, où aujourd'hui ne peuvent ouvrir que les commerces de ventes au détail de produits culturels, sportifs et de loisirs, l'ensemble des commerces de détail pourront ouvrir.

La proposition de loi prévoit la possibilié de créer, dans les grandes agglomérations de plus d'un million d'habitants, un périmètre d'usage et de consommation exceptionnel.

Le gouvernement soutient activement cette proposition de loi. «Un bon compromis», selon les mots du secrétaire d'Etat chargé de la Consommation, Luc Chatel. «On va assouplir la législation pour donner de nouvelles libertés aux Français et adapter notre pays au mode de vie qui sont ceux des grandes agglomérations», a-t-il ajouté.

Le texte est clairement dans la ligne de mire de la gauche qui a décidé de mener une nouvelle bataille via des motions de procédure et environ 4000 amendements alors que le texte ne compte que cinq articles. «L'opposition se cantonne à de l'obstruction, cette attitude dévalorise l'activité du Parlement», a lancé Richard Mallié aux députés de gauche.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!