L'association Rhino doit disparaître

Actualisé

L'association Rhino doit disparaître

Créée notamment dans le but d'occuper illégalement des immeubles, l'association genevoise Rhino doit bel et bien disparaître.

Dans un arrêt publié jeudi, le Tribunal fédéral a débouté le collectif qui a occupé l'un des plus anciens squats de Genève, confirmant par la même occasion la décision prise en décembre dernier par la Cour de justice genevoise.

L'association Rhino, qui occupait depuis 18 ans plusieurs immeubles en ville de Genève, a été dissoute en février 2006 par le Tribunal de première instance à la demande des propriétaires, après de nombreuses tentatives de négociations et de procédures d'évacuation.

Cette décision a été confirmée en décembre de la même année par la Cour de justice genevoise. Elle a aussi confirmé la confiscation de la fortune du collectif. L'association a alors recouru au Tribunal fédéral qui vient de confirmer la décision cantonale.

Les juges de Mon-Repos ont estimé que la dissolution de l'association prononcée en raison de son activité illicite, en l'occurence l'occupation illégale d'immeubles, était fondée. Ils considèrent que cette situation n'est pas couverte par la garantie du droit à la liberté de réunion et d'association et que Rhino ne peut être considéré comme un parti politique.

En avril dernier, le Tribunal fédéral avait déjà refusé d'accorder l'expropriation des immeubles squatés à ses habitants. Le squat lui-même a été évacué en juillet par la police genevoise. L'expulsion a été mouvementée. Les forces de l'ordre ont utilisé des canons à eaux et des gaz lacrymogènes pour disperser les manifestants qui leur jetaient des pavés. (ap)

Ton opinion