Cachemir indien: L'attaque d'un poste de police fait sept morts

Actualisé

Cachemir indienL'attaque d'un poste de police fait sept morts

De faux militaires ont tué sept personnes, dont cinq policiers, dans le Cachemire indien.

Cinq policiers ont été tués dans une attaque au Cachemire, en Inde.

Cinq policiers ont été tués dans une attaque au Cachemire, en Inde.

Des hommes armés déguisés en militaires ont tué neuf personnes jeudi dans une double assaut contre des bases de militaires et policiers indiens au Cachemire, des attaques qui risquent de fragiliser les discussions prévues au plus haut niveau pendant le week-end entre l'Inde et le Pakistan.

Les assaillants ont jeté des grenades et ouvert le feu sur le poste de police de Hiranaga, à environ 200 kilomètres de la principale ville de la région, Srinagar, a indiqué à l'AFP un officier de police.

«Nous pouvons confirmer que cinq policiers et deux civils ont été tués dans l'attaque», a-t-il indiqué.

Base militaire prise d'assaut

Au même moment, des hommes armés ont pris d'assaut une base militaire dans la région de Samba, située dans l'Etat du Jammu-et-Cachemire, déclenchant un échange de coups de feu qui a tué au moins deux soldats, selon une source militaire sous couvert d'anonymat.

Selon la chaine NDTV, un même groupe d'assaillants a pu se rendre de l'une à l'autre des bases à bord d'un camion volé mais d'autres sources suggèrent que ces attaques ont pu être menées par deux groupes distincts.

Des coups de feu étaient encore entendus dans la matinée au sein du camp militaire de Samba d'où deux officiers ont été vus évacuant un homme blessé aux épaules.

Le ministre en chef de la région Jammu-et-Cachemire, Omar Abdallah, a refusé de donner un bilan des victimes, indiquant que le calme n'était pas revenu sur la base militaire plusieurs heures après le début de l'attaque.

«Cette attaque vise à faire échouer le processus de dialogue», a-t-il estimé.

Espoir d'apaisement

Ces assauts interviennent alors que le Premier ministre indien, Manmohan Singh, a annoncé mercredi qu'il allait rencontrer dans les prochains jours son homologue pakistanais, Nawaz Sharif, suscitant l'espoir d'un apaisement des tensions entre les deux frères ennemis qui se disputent le Cachemire.

Les deux hommes vont se rencontrer en marge de l'Assemblée générale des Nations unies à New York, la presse indienne évoquant un entretien dimanche. Il s'agit du premier entretien entre les chefs de gouvernement des deux pays depuis 2010.

Les négociations formelles de paix entre les deux pays sont interrompues depuis le début de l'année et l'Inde tempère les attentes sur une reprises rapide de ces discussions.

Menaces des rebelles

Une douzaine de groupes rebelles ont combattu au Cachemire indien depuis 1989 pour son indépendance ou son rattachement au Pakistan, tuant des dizaines de milliers de personnes, des civils pour la plupart.

Les rebelles ont menacé fin août de mener une vague «sans précédent» d'attaques contre des cibles indiennes, ajoutant à la tension frontalière qui menace déjà les laborieuses tentatives de rapprochement entre l'Inde et le Pakistan.

New Delhi accuse toujours Islamabad d'aider matériellement ces rebelles, ce dont le Pakistan se défend, même s'il ne nie pas un soutien moral ou politique.

L'Inde et le Pakistan, deux puissances nucléaires fortement militarisées, se sont livré trois guerres depuis leur indépendance concomitante en août 1947 de l'empire britannique. Deux de ces conflits portaient sur le Cachemire, région divisée en deux mais revendiquée par chaque pays. (ats)

Ton opinion