Scandale à la Fifa: «L'attribution du Mondial 2010 était corrompue»
Actualisé

Scandale à la Fifa«L'attribution du Mondial 2010 était corrompue»

Selon la ministre américaine de la Justice à New York, des dirigeants de la Fifa ont utilisé des pots-de-vin pour influencer la décision d'attribution de la Coupe du monde en Afrique du Sud.

L'attribution de la Coupe du monde de football 2010 à l'Afrique du Sud était «corrompue», a accusé mercredi la ministre américaine de la Justice à New York, lors d'une conférence de presse sur le scandale de corruption au sein de la Fifa.

«La Coupe du monde 2010 (...) a été attribuée à l'Afrique du Sud, pour la première fois le tournoi se tenait sur le continent africain», a expliqué Loretta Lynch.

«Mais même pour cet événement historique, des dirigeants de la Fifa et d'autres ont corrompu le processus en utilisant des pots-de-vin pour influencer la décision d'attribution», a-t-elle déploré.

«Il ne s'agit que d'accusations», a réagi Dominic Chimhavi, porte-parole de la Fédération sud-africaine de football. Personne n'est sous le coup d'une enquête ici», a-t-il ajouté, sans davantage de commentaires sur les déclarations de Mme Lynch.

Le ministère américain de la Justice a annoncé plus tôt dans la journée l'inculpation pour corruption de neuf élus de la Fifa et de cinq partenaires de cette instance mondiale du football, pour des faits s'étalant sur les 24 dernières années.

Six des sept fonctionnaires arrêtés s'opposent à leur extradition

Six des sept fonctionnaires de la FIFA interpellés mercredi matin à Zurich s'opposent à leur extradition. Ils ont été auditionnés dans la journée par la police cantonale zurichoise dans le cadre d'une demande des autorités américaines, a indiqué l'Office fédéral de la justice (OFJ) dans un communiqué mercredi en fin de journée.

Le parquet du district Est de New York les soupçonne d'avoir accepté des pots-de-vin et des commissions depuis les années 1990. Ils auraient reçu de l'argent en échange de droits médiatiques, de marketing et de sponsoring des compétitions organisées aux Etats-Unis et en Amérique du Sud.

Pour les six personnes qui s'opposent à leur extradition, l'OFJ va demander aux Etats-Unis de faire parvenir des demandes formelles d'extradition à la Suisse dans un délai de 40 jours. La procédure d'extradition pourra se poursuivre dès la réception de ces demandes.

Les personnes concernées pourront toutefois encore consentir à une extradition simplifiée jusqu'à la décision en première instance de l'OFJ.

Une personne a indiqué lors de son audition qu'elle était prête à se soumettre à l'extradition simplifiée. Si cette démarche venait à être autorisée, la personne en question pourrait être rapidement remise aux autorités américaines, précise l'OFJ sans autre commentaire. (afp)

Ton opinion