Actualisé 27.04.2020 à 12:18

Royaume-Uni

L'audience d'extradition de Julian Assange reportée

Le fondateur de WikiLeaks a demandé, lundi à Londres, plus de temps pour préparer sa défense. La juge a accepté sa requête.

Julian Assange est poursuivi aux Etats-Unis pour avoir diffusé à partir de 2010 plus de 700'000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines.

Julian Assange est poursuivi aux Etats-Unis pour avoir diffusé à partir de 2010 plus de 700'000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines.

AFP

La justice britannique a décidé de reporter la prochaine étape de l'examen de la demande d'extradition du fondateur de WikiLeaks Julian Assange vers les Etats-Unis. Elle risque de ne pas avoir lieu avant novembre.

A l'issue d'une première semaine d'audiences en février, la justice britannique avait suspendu cet examen jusqu'au 18 mai. Lors d'une audience de procédure lundi, la juge Vanessa Baraitser a accédé à la demande de la défense de Julian Assange de disposer de plus de temps pour se préparer. Elle a ainsi repoussé la date de la reprise.

Une nouvelle date sera fixée lors d'une audience le 4 mai. Mais la juge a averti que l'audience pourrait ne pas se tenir avant novembre, faute de disposer d'un créneau de trois semaines nécessaire pour le procès avant cette date.

«Grosses difficultés»

Julian Assange est poursuivi aux Etats-Unis pour avoir diffusé à partir de 2010 plus de 700'000 documents classifiés sur les activités militaires et diplomatiques américaines, notamment en Irak et en Afghanistan. L'Australien, qui n'a pas assisté à l'audience de lundi, reste détenu à la prison de haute sécurité de Belmarsh, près de Londres.

«Il y a toujours eu de grosses difficultés pour joindre Julian Assange», a plaidé son avocat Edward Fitzgerald. «Avec l'épidémie de coronavirus, il n'est pas possible de préparer ce dossier», a ajouté l'avocat, affirmant n'avoir pas eu d'«accès direct» à son client depuis «plus d'un mois». Les Etats-Unis reprochent au fondateur de WikiLeaks d'avoir mis en danger des sources des services américains. De leur côté, les avocats d'Assange dénoncent une procédure politique fondée sur des «mensonges».

Julian Assange a été arrêté en avril 2019 après sept ans passés reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres, où il s'était réfugié après avoir enfreint les conditions de sa liberté sous caution, craignant une extradition vers les Etats-Unis. (nxp/ats)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!