Actualisé 08.02.2008 à 09:43

L'Australie ne mettra plus ses requérants d'asile sur des îles désertes

L'Australie a mis fin vendredi à une politique controversée qui consistait à envoyer des demandeurs d'asile, parfois pour de longues périodes, sur de petites îles du Pacifique.

Les derniers réfugiés ainsi «isolés», des Sri-Lankais, ont quitté l'archipel des Nauru pour l'Australie.

Le premier ministre travailliste Kevin Rudd, qui a remporté les élections en novembre, avait promis de mettre fin à cette pratique introduite par l'ancien gouvernement conservateur en 2001 afin de décourager les boat people. L'année précédente, 5000 d'entre eux environ étaient arrivés sur les côtes australiennes.

«Douloureux chapitre»

«C'est la fin d'un long et assez douloureux chapitre dans la politique et les pratiques australiennes en matière d'asile», a déclaré Richard Towle, directeur régional du Haut commissariat aux réfugiés de l'ONU (HCR).

L'ancien premier ministre John Howard avait mis en place cette politique fin 2001, divisant fortement l'opinion, après un incident avec 439 réfugiés pour la plupart Afghans que des soldats des forces spéciales avaient empêché de débarquer en Australie.

Les Afghans avaient été secourus en mer par un cargo norvégien, le MV Tampa, après le naufrage de leur bateau de pêche dans les eaux internationales, en route pour l'Australie.

1300 demandeurs d'asile

Au cours des six années qui ont suivi, plus de 1300 demandeurs d'asile sont passés par Nauru, et d'autres envoyés sur Manus Island, en Papouasie-Nouvelle Guinée, contre des millions de dollars d'aide versés par le gouvernement australien.

Cette pratique avait été fortement critiquée par le HCR et Amnesty International, qui ont accusé l'Australie de ne pas respecter ses obligations en vertu des conventions internationales sur le traitement des réfugiés.

Selon le Parti travailliste de M. Rudd, cette politique a occasionné depuis son introduction plus de 268 millions de dollars de dépenses publiques. Les travaillistes y ont mis fin en organisant le départ de 21 réfugiés sri-lankais pour l'Australie.

Contents

«Nous sommes contents que les Nauru n'accueillent plus, à compter de maintenant, de réfugiés», a déclaré M. Towle à une radio australienne.

Canberra a précisé cependant qu'elle continuerait d'appliquer une politique stricte à ses frontières en s'appuyant sur un centre de détention construit sur l'île Christmas, située dans l'océan Indien entre l'Australie et l'Indonésie. (ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!