Actualisé 13.07.2016 à 07:35

Mer de Chine

L'Australie veut que Pékin accepte le jugement

Un jugement international dit que la Chine n'a pas de légitimité dans la zone.

Photo aérienne de l'île Taiping, en mer de Chine méridionale, le 23 mars 2016.

Photo aérienne de l'île Taiping, en mer de Chine méridionale, le 23 mars 2016.

photo: Keystone

La Chine doit accepter le jugement international qui dit que ses revendications en mer de Chine méridionale n'ont aucun fondement légal, a estimé Canberra mercredi, appelant Pékin à cesser d'y construire des îles artificielles.

La ministre australienne des Affaires étrangères Julie Bishop a averti Pékin qu'il y allait de sa réputation internationale.

Pékin a rejeté la décision de la Cour permanente d'arbitrage (CPA) de la Haye qui, saisie par Manille, a également jugé que la Chine avait «violé les droits souverains des Philippines».

«Nous appelons à la fois les Philippines et la Chine à respecter le jugement. Il est définitif et contraignant pour les deux parties», a déclaré Julie Bishop sur la chaîne publique ABC.

2,6 millions de km2

«Ce traité, ce Droit de la mer, codifie les coutumes internationales préexistantes», a-t-elle ajouté. «C'est la base du commerce maritime et du commerce international et l'ignorer serait une violation internationale grave».

«Cela serait très coûteux en termes de réputation. La Chine cherche à jouer le rôle de leader mondial et régional et a besoin de relations amicales avec ses voisins. C'est essentiel pour sa montée en puissance».

La Chine revendique 2,6 millions de kilomètres carrés sur les plus de trois millions que compte la mer de Chine méridionale, y compris des eaux proches de ses voisins.

Elle s'appuie sur une délimitation en «neuf pointillés» apparue sur des cartes chinoises des années 1940.

Iles artificielles

Mais les riverains --Philippines, Vietnam, Malaisie, Taïwan et Brunei-- ont également des prétentions sur ce carrefour maritime stratégique réputé riche en hydrocarbures.

Pour appuyer ses revendications, la Chine a construit des îles artificielles à grand renfort de travaux de remblaiement.

«L'Australie demande depuis un moment à la Chine de cesser ses travaux de réclamation de la terre et de s'abstenir de militariser ces structures», a dit Julie Bishop.

Les Etats-Unis ont envoyé des navires de guerre patrouiller dans la région au nom de la liberté de navigation.

Bateaux et avions

Julie Bishop a également déclaré que Canberra se réservait le droit de dépêcher des bateaux et des avions près des récifs et îlots revendiqués par la Chine.

«Comme nous l'avons fait pendant plusieurs décennies, les bateaux et avions australiens continueront d'exercer leur droit, aux termes de la loi internationale, à la liberté de navigation et de survol», a-t-elle dit. «Nous le faisions déjà; nous allons continuer à le faire». (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!