Actualisé 29.08.2011 à 12:14

Lockerbie - LibyeL'auteur de l'attentat est dans le coma

Le Libyen Abdelbaset al-Megrahi, condamné pour l'attentat de Lockerbie en 1988 et libéré pour des raisons humanitaires en 2009, se trouve désormais dans le coma.

Abdelbaset al-Megrahi lors de sa libération en 2009.

Abdelbaset al-Megrahi lors de sa libération en 2009.

Abdelbaset al-Megrahi, la seule personne condamnée pour l'attentat meurtrier en 1988 contre un avion américain au-dessus de Lockerbie, se trouve dans le coma, a affirmé lundi son frère à des journalistes présents devant sa maison à Tripoli.

«Il est dans le coma, ses médicaments ont été pillés mais maintenant il a de nouveaux stocks», a affirmé le frère de M. Megrahi, Abdel Nasser, devant la maison de ce dernier.

En milieu de journée, la résidence, située dans le quartier de Dimashq, dans une zone résidentielle huppée de Tripoli, était cernée par la presse, selon une journaliste de l'AFP sur place.

La chaîne de télévision américaine CNN avait affirmé dimanche que M. Megrahi était «comateux» et sur le point de mourir. «Nous lui donnons simplement de l'oxygène. Personne ne nous fournit aucun conseil» médical, avait expliqué son fils Khaled à la chaîne.

L'explosion de l'appareil de la Pan Am au-dessus de la petite ville écossaise de Lockerbie avait fait 270 morts, pour la plupart des Américains, en décembre 1988.

Libéré pour des raisons humanitaires

Abdelbaset al-Megrahi, condamné en 2001 à la prison à vie pour son implication dans cet attentat, avait été libéré pour des raisons humanitaires en août 2009, après que des médecins eurent diagnostiqué un cancer de la prostate en phase terminale et assuré qu'il ne lui restait que trois mois à vivre.

A l'époque, la décision du ministre écossais de la Justice Kenny MacAskill, sur la base d'un rapport médical, avait soulevé une vague d'indignation parmi les familles des victimes et les responsables politiques, dont le président américain Barack Obama, d'autant plus que M. Megrahi, visiblement sur pied, avait été accueilli en héros à Tripoli.

Selon un porte-parole du Premier ministre écossais Alex Salmond, la décision de libérer Abdelbaset al-Megrahi a été prise de bonne foi, comme plusieurs juges de haut rang des juridictions américaine, britannique et écossaise l'ont confirmé. (afp)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!