Attentat à Stockholm: L'auteur présumé est un demandeur d'asile débouté

Actualisé

Attentat à StockholmL'auteur présumé est un demandeur d'asile débouté

On en sait désormais davantage sur le suspect de l'attaque au camion bélier. Une deuxième personne est en garde à vue.

1 / 60
Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm a assuré mardi devant la Cour vouloir se venger des interventions de la Suède contre «le califat». (Mardi 20 février 2018)

Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm a assuré mardi devant la Cour vouloir se venger des interventions de la Suède contre «le califat». (Mardi 20 février 2018)

Keystone
Le procès d'un demandeur d'asile ouzbek radicalisé, jugé pour avoir tué cinq personnes en avril 2017, à Stockholm, au volant d'un camion volé, s'est ouvert dans la capitale suédoise. Ci-contre, le terroriste fuyant après son forfait. (Mardi 13 février 2018)

Le procès d'un demandeur d'asile ouzbek radicalisé, jugé pour avoir tué cinq personnes en avril 2017, à Stockholm, au volant d'un camion volé, s'est ouvert dans la capitale suédoise. Ci-contre, le terroriste fuyant après son forfait. (Mardi 13 février 2018)

Keystone
Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat au camion-bélier ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm voulait «écraser des infidèles», a indiqué l'accusation. (Mardi 30 janvier 2018)

Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat au camion-bélier ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm voulait «écraser des infidèles», a indiqué l'accusation. (Mardi 30 janvier 2018)

AFP

L'auteur présumé de l'attentat au camion bélier qui a fait quatre morts et 15 blessés vendredi à Stockholm montrait de l'intérêt pour des groupes djihadistes et s'était vu refuser un permis de séjour, a annoncé dimanche la police suédoise.

Le suspect, un Ouzbek de 39 ans, montrait «de l'intérêt pour des organisations extrémistes comme l'État islamique», a déclaré le chef de la police nationale, Jonas Hysing, au cours d'une conférence de presse, sans autre précision. L'homme avait «demandé un permis de séjour en 2014 mais l'Office des migrations l'a débouté en juin 2016 et a émis un avis d'expulsion», a-t-il par ailleurs indiqué.

«En décembre 2016, l'Office des migrations l'a informé qu'il avait quatre semaines pour quitter le pays. En février 2017, la police a été saisie pour faire exécuter la décision parce qu'il n'était plus localisable», a ajouté Jonas Hysing.

On a également a appris qu'une deuxième personne avait été placée en garde à vue. «Une seconde personne a été placée en garde à vue», a ainsi indiqué la juge Helga Hullman du tribunal de Stockholm, sans préciser ses liens avec le suspect principal.

Identités des victimes

Les autorités ont perdu sa trace, jusqu'à l'attentat de vendredi. Celui-ci a fait quatre morts, deux Suédois, un Britannique et un ressortissant belge, selon la police. Le ministère belge des Affaires étrangères a précisé qu'il s'agissait d'une femme. L'une des deux victimes suédoises décédées est une fille de 11 ans, selon son entourage.

L'auteur présumé de l'attentat, le troisième en Europe en un peu plus de quinze jours après Londres et Saint-Pétersbourg, a foncé dans la foule au volant d'un camion volé sur l'artère piétonne la plus fréquentée de Stockholm, avant d'encastrer son véhicule dans la façade d'un grand magasin.

Il a pris la fuite et a été arrêté vendredi soir à Märsta, dans la grande banlieue nord de la capitale suédoise. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion