Actualisé 01.12.2019 à 18:40

Meurtre des Charmilles (GE)

L'auteur présumé sera jugé comme un adulte

Le meurtrier présumé des Charmilles, majeur au moment des faits, avait participé, mineur, aux agressions de Saint-Jean. Le Tribunal des mineurs s'est dessaisi.

de
lfe
Le meurtrier présumé devrait être jugé par le Tribunal criminel.

Le meurtrier présumé devrait être jugé par le Tribunal criminel.

Keystone

Il y a presque un an, un dimanche matin de janvier 2019, un jeune homme de 22 ans perdait la vie dans le parking du centre Planète Charmilles, d'un coup de couteau dans le cœur. Le meurtrier présumé avait alors 18 ans et trois mois. Au moment des faits, il était déjà en mains de la justice des mineurs pour avoir participé, à 16 ans, aux agressions de Saint-Jean. Ces faits là remontent à 2017. Deux trentenaires, brutalement agressés, sont désormais lourdement handicapés.

Selon la «Tribune de Genève», le cas du meurtrier présumé sera jugé par la justice des adultes pour les deux affaires, contrairement à l'usage en droit pénal. Le procureur général a validé la décision du Tribunal des mineurs, qui a décidé de se dessaisir tant les charges sont graves. En règle générale, la justice des mineurs, si elle est saisie pour une infraction commise avant 18 ans, doit aussi instruire d'éventuels nouveaux faits réalisés à l'âge adulte.

Me Robert Assaël, avocat du prévenu, a contesté la décision du procureur général au Tribunal fédéral. Il demande à ce que son client soit jugé par le Tribunal des mineurs pour les faits de ses 16 ans et par le Tribunal criminel, comme n'importe quel adulte, pour la seconde affaire. La différence majeure réside dans les peines prononcées: maximum 4 ans pour les mineurs, jusqu'à 20 ans pour meurtre chez les adultes. Dans la bande des agresseurs de Saint-Jean, les deux majeurs, bientôt jugés en appel, ont été condamnés pour l'heure à 12 et 15 ans de prison.

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!