Attentat de Stockholm: L'auteur voulait «écraser des infidèles»
Actualisé

Attentat de StockholmL'auteur voulait «écraser des infidèles»

Trois Suédoises dont une fillette de 11 ans, ainsi qu'un Britannique de 41 ans et une Belge de 31 ans avaient été tués, en avril 2017.

1 / 60
Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm a assuré mardi devant la Cour vouloir se venger des interventions de la Suède contre «le califat». (Mardi 20 février 2018)

Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm a assuré mardi devant la Cour vouloir se venger des interventions de la Suède contre «le califat». (Mardi 20 février 2018)

Keystone
Le procès d'un demandeur d'asile ouzbek radicalisé, jugé pour avoir tué cinq personnes en avril 2017, à Stockholm, au volant d'un camion volé, s'est ouvert dans la capitale suédoise. Ci-contre, le terroriste fuyant après son forfait. (Mardi 13 février 2018)

Le procès d'un demandeur d'asile ouzbek radicalisé, jugé pour avoir tué cinq personnes en avril 2017, à Stockholm, au volant d'un camion volé, s'est ouvert dans la capitale suédoise. Ci-contre, le terroriste fuyant après son forfait. (Mardi 13 février 2018)

Keystone
Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat au camion-bélier ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm voulait «écraser des infidèles», a indiqué l'accusation. (Mardi 30 janvier 2018)

Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat au camion-bélier ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm voulait «écraser des infidèles», a indiqué l'accusation. (Mardi 30 janvier 2018)

AFP

Le demandeur d'asile ouzbek qui a revendiqué l'attentat au camion-bélier ayant fait cinq morts en avril 2017 à Stockholm et prêté allégeance au groupe Etat islamique, préparait son geste depuis des mois et voulait «écraser des infidèles», a indiqué mardi l'accusation.

Rakhmat A., qui avait été débouté de sa demande d'asile, avait lancé un camion de livraison sur la foule d'une rue piétonne et commerçante très fréquentée de Stockholm, à une heure de forte affluence, le vendredi 7 avril 2017.

Trois Suédoises dont une fillette de 11 ans, ainsi qu'un Britannique de 41 ans et une Belge de 31 ans avaient été tués, dix autres passants blessés.

9000 pages de dossier

Selon l'acte d'accusation présenté mardi, Rakhmat A., 39 ans, a commis son geste dans l'intention de «répandre la peur dans la population» et de «contraindre la Suède à mettre fin à ses activités de formation au sein de la coalition internationale contre l'Etat islamique en Irak».

«Son mobile a été de punir la Suède pour sa participation à la guerre contre l'EI», a expliqué le procureur Hans Ihrman au cours d'une conférence de presse.

L'enquête, qui fait près de 9000 pages, a révélé l'existence de discussions remontant au moins à janvier 2017 sur des messageries dans lesquelles l'accusé indique à divers interlocuteurs, non identifiés, vouloir «écraser des infidèles».

Allégeance à l'EI

Rakhmat A. a fait de multiples recherches sur internet et YouTube sur les groupes djihadistes , les serments d'allégeance à l'EI et la fabrication d'explosifs. «Il ne s'est pas radicalisé juste avant l'attentat», selon Hans Ihrman qui a précisé vouloir réserver de plus amples informations sur ce point pour le procès qui doit s'ouvrir en février, probablement le 13, à Stockholm.

Rakhmat A. a prêté allégeance à l'EI la veille de l'attentat dans une vidéo. Le groupe n'a jamais revendiqué l'attentat. D'après son avocat, un ténor du bureau stockholmois, Rakhmat A. entend s'expliquer au cours de son procès.

«Il reconnaît avoir commis un acte terroriste» et «admet qu'il doit être condamné» et expulsé du territoire suédois après avoir purgé sa peine, a indiqué Johan Eriksson à la presse.

Interrogé sur ses motivations, le conseil de l'accusé a confirmé qu'il espérait «obliger la Suède à se retirer de la coalition contre l'EI».

«Il pensait être abattu»

Le camion utilisé pour l'attaque avait fini sa course dans la vitrine d'un grand magasin après avoir fauché une vingtaine de personnes. Rakhmat A. avait fait détoner une charge explosive composée de cinq bouteilles de gaz et de clous dans la cabine du véhicule. Il avait pensé mourir dans la déflagration, mais le dispositif a pris feu au lieu d'exploser, ne provoquant que des dégâts matériels.

«Il pensait être abattu ou mourir dans l'explosion», a confirmé son défenseur. Il s'était ensuite engouffré dans une station de métro pour être arrêté quelques heures plus tard au nord de Stockholm. Il encourt la prison à perpétuité.

Attentat de Nice

L'attentat au véhicule-bélier renvoie à un mode opératoire déjà utilisé lors d'attentats imputés ou revendiqués ces dernières années par l'EI.

Le plus meurtrier s'est produit le 14 juillet 2016 à Nice (sud de la France). Un camion, conduit par un Tunisien, Mohamed Lahouaiej B., s'était lancé sur la foule le soir de la fête nationale, tuant 86 personnes et faisant plus de 400 blessés. L'attentat dans cette ville de la Côte d'Azur a été revendiqué par l'EI, contrairement à celui de Stockholm. (nxp/afp)

(NewsXpress)

Ton opinion