Actualisé

Affaire KrombachL'auto-justice est «inacceptable»

La ministre bavaroise de la Justice, Beate Merk, a jugé mercredi «inacceptable» toute forme d'auto-justice dans l'affaire du médecin allemand Dieter Krombach.

Celui-ci a été enlevé et retrouvé ligoté dimanche dans l'est de la France.

«Il est inacceptable que certains se hissent au rang de juge quand ils ne sont pas d'accord avec les décisions nationales. Cela n'a rien à voir avec la justice», a-t-elle indiqué dans un communiqué.

«Si, ce faisant, des délits graves ont été commis, le parquet mènera des poursuites judiciaires de façon conséquente comme pour tout autre délit grave», a-t-elle souligné.

Le docteur Krombach, jugé responsable de la mort en 1982 de sa belle-fille Kalinka Bamberski, une Française de 14 ans, a été retrouvé ligoté, bâillonné et blessé au visage dimanche à Mulhouse, dans l'est de la France.

Le père de la victime, André Bamberski, 72 ans, a reconnu être à l'origine de cet enlèvement afin de voir le médecin purger enfin sa peine. Interpellé à son hôtel à Mulhouse, il a été inculpé pour enlèvement et séquestration, mais laissé libre sous contrôle judiciaire.

«Même si le prévenu Bamberski considère que le Dr. Krombach doit passer en jugement, il se doit de respecter, comme tout autre citoyen, le monopole étatique de la violence», a ajouté Mme Merk.

Le cardiologue de 74 ans, qui vit près du lac de Constance en Bavière (sud de l'Allemagne), a été condamné par contumace en France en 1995 pour la mort de Kalinka Bamberski, mais n'avait jamais été extradé d'Allemagne.

Il devait être présenté mercredi à un juge à Paris. André Bamberski a consacré les 27 dernières années à traquer le médecin allemand, qu'il accuse du viol et du meurtre de sa fille. Le parquet de Kempten (Allemagne) a ouvert une enquête pour séquestration et coups et blessures.

(ats)

Ton opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!