«L'Autre Davos» à Zurich
Actualisé

«L'Autre Davos» à Zurich

La globalisation produit des «salariés jetables», dénoncent les organisateurs de la conférence «L'Autre Davos».

Au discours «néolibéral» du Forum économique mondial (WEF), ils opposent «des alternatives venues d'en bas».

Celles-ci seront présentées lors de la conférence qui aura lieu vendredi soir à Zurich. «L'Autre Davos», le rendez-vous des altermondialistes helvétiques, évoquera cette année «la précarité croissante à travers le monde».

Illégaux exploités

Les intervenants mettront en évidence les conséquences de la globalisation sur divers groupes de personnes, comme les travailleuses domestiques illégales. Ils stigmatiseront la multiplication des obstacles à la migration «qui rejettent les personnes concernées dans l'illégalité et en font une main d'oeuvre facilement exploitable».

Les participants au colloque se pencheront également sur les façons de résister à ces phénomènes. Un exposé sera par exemple consacré aux structures d'auto-organisation des ouvriers agricoles employés illégalement dans les plantations de fruits et légumes du sud de l'Espagne.

«L'Autre Davos» se définit comme une contre-conférence du Forum économique mondial (WEF). La conférence, qui a lieu chaque année à Zurich, est organisée par une vingtaine d'associations comme attac suisse, la Déclaration de Berne, L'Oeuvre suisse d'entraide ouvrière (OSEO), Terre des hommes suisse, divers syndicats ou encore le Forum civique européen.

Sarah Schilliger, d'attac suisse, a reconnu lundi lors d'une conférence de presse à Zurich que le WEF intéresse moins le grand public qu'à une certaine époque. Selon elle, il est d'autant plus important que ses opposants occupent le terrain.

(ats)

Ton opinion